Le Père de Famille – 2

Enseignement du Révérend Père Jean-Dominique, O.P., sur le rôle du Père de Famille – 2

 

Comme nous l’avons vu la fois précédente, le rôle du Père de Famille est semblable à celui que Dieu joue auprès de ses créatures :

  • Un homme participe à la Création par la procréation et l’éducation de ses enfants.
  • Un homme participe au gouvernement du monde (la Providence) par son travail et son autorité.
  • Un homme participe à la Rédemption par le ministère spirituel qu’il exerce sur sa maison.

 

Commençons avec la première partie de ce rôle du père, qui est de participer à l’œuvre de la Création par la procréation et l’éducation des enfants.

 

Park-Bench-May-16-Blog

Lire la suite

Le Père de Famille – 1

Voici un petit résumé du livre du Père Jean-Dominique intitulé Le Père de Famille. Ce résumé suivra habituellement fidèlement le livre du Père Jean-Dominique, mais des réflexions qui ne se trouvent pas dans le livre peuvent s’y trouver insérées au besoin.

Canada Fidèle

 

07330-01a

Une famille du Québec – 1948

 

Enseignement du Révérend Père Jean-Dominique, O.P., sur le rôle du Père de Famille

Le Révérend Père Jean-Dominique commence son livre appelé Le Père de famille en nous racontant l’histoire d’un homme qui a perdu la foi plus tard dans sa vie et qui reliait cette perte de sa foi au fait que, étant enfant, lorsqu’il posait une question à son père sur un sujet de foi, le pauvre père répondait : « Va demander cela à ta mère. » Quand il posait la même question à sa mère, elle répondait : « Demande ça au prêtre. » Cet exemple nous montre combien le rôle des parents est important dans l’éducation de l’enfant, et particulièrement en ce qui concerne son éducation dans la Foi.

Lire la suite

Catéchisme du Concile de Trente 9 – Je suis Yahweh, ton Dieu

Troisième partie du Catéchisme — DU DECALOGUE

Chapitre 29 — Le premier commandement de Dieu

«Je suis Yahweh, ton dieu, qui t’ai fait sortir du pays d’Egypte, de la maison de servitude. Tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face. Tu ne te feras pas d’image taillée, ni aucune figure de ce qui est en haut dans le ciel, ou de ce qui est en bas sur la terre, ou de ce qui est dans les eaux au-dessous de la terre. Tu ne te prosterneras point devant elles et tu ne les serviras point. Car moi Yahweh, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux, qui punis l’iniquité des pères sur les enfants, sur la troisième et sur la quatrième génération pour ceux qui me haïssent, et faisant miséricorde jusqu’à mille générations, pour ceux m’aiment et qui gardent mes commandements.»[1]

  • II. — Application de cette histoire aux chrétiens

Que le Pasteur s’efforce donc, autant qu’il le pourra, d’amener les Fidèles à avoir toujours présentes à l’esprit ces paroles si graves : «Je suis Yahweh, ton Dieu.» Elles leur feront comprendre qu’ils ont pour législateur le Créateur Lui-même, Celui qui leur a donné la vie et qui la leur conserve, et leur permettront de répéter en toute vérité : « Oui, il est notre Seigneur et notre Dieu : nous sommes le peuple de ses pâturages, le troupeau de sa droite. »[2] Ces paroles souvent répétées, et avec une sainte ardeur, auront la vertu de les rendre plus prompts à obéir à la Loi, et de les éloigner du péché.

Lire la suite

Catéchisme du Concile de Trente 8 – Récit abrégé de l’Histoire Sacrée

Avant d’aborder le premier Commandement de Dieu, le Catéchisme demande au pasteur de présenter aux fidèles un abrégé de l’Histoire Sacrée, pour bien comprendre la disposition des choses selon l’ordonnance de la Providence divine dans un moment si important de l’histoire humaine.

Canada Fidèle

Troisième partie du Catéchisme — DU DECALOGUE

Chapitre 29 — Le premier commandement de Dieu

 

«Je suis Yahweh, ton dieu, qui t’ai fait sortir du pays d’Egypte, de la maison de servitude. Tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face. Tu ne te feras pas d’image taillée, ni aucune figure de ce qui est en haut dans le ciel, ou de ce qui est en bas sur la terre, ou de ce qui est dans les eaux au-dessous de la terre. Tu ne te prosterneras point devant elles et tu ne les serviras point. Car moi Yahweh, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux, qui punis l’iniquité des pères sur les enfants, sur la troisième et sur la quatrième génération pour ceux qui me haïssent, et faisant miséricorde jusqu’à mille générations, pour ceux m’aiment et qui gardent mes commandements.»[1]

 

Cette Loi que Dieu donna aux Juifs sur le mont Sinaï, la nature l’avait imprimée et gravée longtemps auparavant dans le cœur de tous les hommes, et tous les hommes pour ce motif étaient obligés de l’accomplir. Dieu l’avait ainsi voulu. II sera donc très utile d’expliquer avec soin aux Fidèles les termes mêmes dans lesquels elle fut promulguée par Moïse, qui en fut le ministre et l’interprète, et de leur faire connaître l’histoire si pleine de mystères du peuple hébreu.

Lire la suite

Quand M. Krah invite les chrétiennes à se dévêtir à la manière des péripatéticiennes

La femme chrétienne peut-elle se dévêtir à l’instar de ces femmes que se livrent à l’impudicité ? Oui, selon M. Krah, que l’on voit ici en photo de famille postée sur son blog (http://thecathwalk.net).

Qui est M. Krah ? D’après son entretien avec The Remnant (version française publiée sur le Forum Catholique en mars 2015), il est religieusement catholique et politiquement “démocrate-chrétien”. Il s’oppose à la « déclaration » qu’a faite Mgr Williamson « concernant l’Holocauste ». Pour cela, il a usé de son « réseau d’influence, et spécialement de ses connexions avec les médias » en faveur de la FSSPX. Et il n’a « aucun problème à dire » qu’il a « une attitude positive envers l’Etat israélien ». Ce juriste allemand, conseiller de la FSSPX et ami de Mgr Fellay « aimerait » beaucoup se « faire l’avocat d’une vision du monde plus optimiste ».

Or, il se trouve que ce monsieur fort occupé, qui se « considère plutôt comme un intellectuel », est aussi, à ses heures perdues, moraliste et aime à donner des leçons de catholicisme…

Selon lui, « les longues jupes sont immorales parce que haïssables. » C’est « une mode » au « caractère repoussant » car dans « la religion catholique » « le bien et le beau sont associés ». « L’esthétique, le style et le goût » sont des « valeurs positives. »

Lire la suite

Catéchisme du Concile de Trente 7 – La bonté de Dieu nous invite à garder ses Commandements

Troisième partie du Catéchisme — DU DECALOGUE

Chapitre 28 — Des Commandements de Dieu en général

Motifs d’observer les commandements

 

La bonté de Dieu nous invite à garder ses Commandements

Mais il ne faut pas passer sous silence une réflexion qui nous fait sentir vivement la clémence de Dieu à notre égard, et apprécier les trésors de son infinie Bonté. Ce Dieu pouvait nous obliger à servir les intérêts de sa Gloire, sans aucune récompense. Néanmoins, il Lui a plu de rapprocher tellement sa Gloire de notre avantage, que ce qui sert à Le glorifier, sert aussi à notre propre bien. Cette considération est très forte et très frappante. Le Pasteur ne manquera pas de montrer aux Fidèles avec le Prophète[1] que «dans l’accomplissement de la Loi se trouvent d’abondantes récompenses.» Dieu ne nous promet pas seulement les bénédictions qui semblent se rapporter plutôt au bonheur terrestre[2], comme «les bénédictions de nos villes et de nos champs», mais II nous propose encore[3] «un immense trésor dans le ciel, et cette mesure pleine, pressée, entassée, coulant par-dessus les bords»[4], que nous méritons avec l’aide de sa divine miséricorde, par des œuvres de justice et de piété.

00h-love-05-12-the-love-of-god-and-a-little-child-shall-lead-them

Rien d’autre que Dieu ne peut combler un coeur qui est fait pour Lui

Lire la suite

«Si quelqu’un se plaît à contester, nous n’avons pas cette habitude, non plus que les Églises de Dieu.» I Cor. 11,10-16)

modestie-chretienneLa dernière fois que nous avons publié quelques lignes au sujet de la modestie, nous avons reçu le message suivant : «Vos propos sur la tenue vestimentaire féminine vous font sombrer dans le ridicule sans que vous ne sembliez vous en apercevoir.» Nous vous laissons deviner de quelle paroisse ces paroles pouvaient bien venir…

Ces paroles nous laisseraient bien indifférents si elles ne démontraient pas combien ce sujet est devenu tabou et combien certains fidèles croient que le prêtre n’a pas le droit et le devoir de rappeler les règles de l’Église au sujet de la modestie.

Pour nous, nous préférons la sagesse de Dieu à la pseudo-science humaine et écoutons volontiers les paroles de Notre-Dame de Fatima : «Les péchés qui conduisent le plus d’âmes en enfer sont les péchés de la chair. Viendront des modes qui offenseront beaucoup Notre-Seigneur.»

Nous publions donc aujourd’hui un nouveau document qu’on trouve sur le site internet des dominicains d’Avrillé. Vous trouverez sur leur site un lien pour télécharger le pdf.

Canada Fidèle

Règles intemporelles au sujet de la tenue

Saint Paul veut que les femmes autant que les hommes soient revêtus d’habits bienséants, se parant avec pudeur et sobriété. ( l Tm 2, 9-10)

Saint Augustin : Ne cherchez pas à plaire par vos habits mais par vos mœurs.

Saint Thomas d’Aquin : La modestie dans la mise veut qu’on se contente du nécessaire et qu’on ne s’attache point à la recherche et à l’extraordinaire. Point de vanité, de luxe, ni de recherche dans les habits ; qu’on sache bien qu’ils sont plutôt un signe d’ignominie qu’une marque d’honneur.

Aux ornements du corps, préférons ceux de l’âme. (Traité de l’éducation des princes, livre 5, ch. 17)

Notre Dame de Fatima à Jacinthe en 1917 : L’Église n’a pas de modes ; Notre-Seigneur ne change pas. Les péchés qui conduisent le plus d’âmes en enfer sont les péchés de la chair. Viendront des modes qui offenseront beaucoup Notre-Seigneur.

Lire la suite

Catéchisme du Concile de Trente 6 – L’observance des Commandements apporte de nombreuses bénédictions

Troisième partie du Catéchisme — DU DECALOGUE

Chapitre 28 — Des Commandements de Dieu en général

Motifs d’observer les commandements

 

Observer les Commandements apporte de nombreuses bénédictions

 

Enfin, pour ne rien omettre de ce qui peut amener le peuple chrétien à pratiquer la Loi, le Pasteur aura soin de montrer combien les fruits qu’elle porte sont nombreux et consolants. A cette fin il n’aura qu’à citer le psaume dix-huitième qui célèbre les mérites de la Loi de Dieu.

Et le plus grand des mérites de cette Loi, c’est de révéler la gloire de son Auteur et de faire ressortir sa divine Majesté, bien mieux encore que les corps célestes eux-mêmes dont la beauté éclatante et l’ordre magnifique frappent d’admiration les peuples les plus barbares et les obligent à reconnaître la Gloire, la Sagesse et la Puissance de l’Artiste incomparable, Créateur de toutes choses.

Cette Loi élève et convertit les âmes à Dieu; c’est elle qui nous instruit de ses Voies, nous révèle sa très sainte Volonté, et nous fait marcher dans le chemin que Lui-même nous a tracé.

Mais comme il n’y a que ceux qui craignent Dieu qui sont les vrais sages, le Psalmiste attribue encore à la Loi cette vertu singulière « de donner la sagesse aux petits.[1] » Et enfin, dit-il, ceux qui l’observent fidèlement possèdent des joies pures, des consolations abondantes puisées dans la contemplation des divins Mystères, des récompenses infinies en cette vie et en l’autre.

Cependant prenons garde d’accomplir cette sainte Loi moins pour notre avantage que pour l’amour que nous devons à Dieu, précisément parce qu’Il a bien voulu nous exprimer sa Volonté en nous la donnant. Et puisque toutes les autres créatures Lui sont soumises, n’est-il pas bien plus juste encore que nous-mêmes Lui obéissions en toutes choses.

Lire la suite

L’infaillibilité du Souverain Pontife 5 – Conclusion pratique – Fin

CONCLUSION PRATIQUE

Désormais la définition est faite. Il ne reste plus aux catholiques qu’à s’incliner ; mais cette définition a-t-elle été un bien ou un mal ?… Et d’abord, était-it besoin de la porter ?

Non seulement il en était besoin, mais c’était une véritable nécessité. Après tout le bruit qui s’était fait contre l’infaillibilité du Pape, la définition de la vérité n’était pas seulement opportune, elle devenait absolument nécessaire. Et, même en dehors de cette considération, elle était sous beaucoup de rapports très opportune et très utile pour le bien de l’Église. Avant la définition, on pouvait la discuter de bonne foi; mais aujourd’hui la question de son opportunité est tranchée, tout aussi bien que celle de sa vérité. Le Concile, assisté par le Saint-Esprit, a parlé : qui osera dire que sans doute il a défini un dogme important révélé de Dieu, mais qu’il eût fait plus prudemment de se taire et de laisser l’erreur se propager ?

 

d33fa7b6068c316f9000072ed95f212f

Le pape Pie IX proclamant le dogme de l’Immaculée Conception

 

Lire la suite

Catéchisme du Concile de Trente 5 – Les Commandements sont nécessaires au salut

Troisième partie du Catéchisme — DU DECALOGUE

Chapitre 28 — Des Commandements de Dieu en général

Motifs d’observer les commandements 

 

Observer les Commandements est nécessaire au salut

Le Pasteur disposera d’un moyen très puissant pour obtenir ce qu’il demande ici, s’il a soin de bien montrer que l’observation des Commandements de Dieu est d’une nécessité absolue. Et il insistera d’autant plus sur ce point qu’aujourd’hui il ne manque pas d’hommes qui ne craignent pas de soutenir, pour leur malheur, que cette Loi, facile ou difficile, n’est pas nécessaire au salut[1].

Pour réfuter cette doctrine impie et criminelle, il n’aura qu’à invoquer le témoignage de la Sainte Ecriture, et particulièrement de ce même Apôtre sur l’autorité duquel on s’efforce d’appuyer cette erreur funeste. Que dit en effet l’Apôtre : « Il importe peu d’être circoncis, ou incirconcis, ce qui est absolument nécessaire, c’est l’observation des Commandements de Dieu[2]. » Quand ensuite il répète ailleurs la même maxime et nous dit que « La nouvelle créature en Jésus-Christ vaut seule quelque chose[3] », il nous fait clairement entendre que par cette nouvelle créature en Jésus-Christ il veut signifier celui qui observe les Commandements de Dieu. Car avoir reçu les Commandements de Dieu et les observer, c’est L’aimer, d’après ce témoignage de Notre-Seigneur Jésus-Christ Lui-même dans Saint Jean: « Celui qui M’aime gardera ma parole.[4] »

En effet, quoique l’homme puisse cesser d’être impie avant d’avoir accompli les actes extérieurs de chaque précepte de la Loi, cependant il est impossible à celui qui a l’usage de sa raison, de passer de l’impiété à la justice, sans avoir le cœur disposé à garder tous les Commandements de Dieu.

120814_378c5_crucifix-assemblee-nationale_sn635

Le Crucifix de l’Assemblée nationale (Québec), symbole de la soumission de la Nation à Jésus-Christ. Que ces jours reviennent!

Lire la suite