Fsspx/actualités

Bien des choses pourraient être dites sur le nouveau site FSSPX/Actualités, mais le temps est précieux. Disons simplement que nous avons affaire à un site complètement rallié. En permanence y paraissent des articles qui font comme si tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes à Rome. Un cardinal vient de faire une belle méditation! Réjouissons-nous! En attendant, on oublie de dire que ce cardinal est un promoteur de la nouvelle religion de Vatican II.

Le but est clair : faire pénétrer dans l’esprit des fidèles et des prêtres que nous faisons bien partie de cette Église officielle et que tout va s’arranger si nous savons seulement «apprendre l’art de travailler ensemble.» Oui, il y a bien des articles qui dénoncent ceci ou cela, mais ces articles côtoient d’autres articles qui font l’apologie plus ou moins voilée de la Rome actuelle. Un travail abominable de longue haleine. On prépare le terrain pour pouvoir aller un jour plus loin.

Nous savons tous qu’un des buts de ce site internet est d’étouffer petit-à-petit La Porte Latine, organe des prêtres de France qui s’opposent au Ralliement. Tout se fera dans le coton et avec des gants blancs et avec… le temps qu’il faudra.

Canada Fidèle

 

 

Capture d’écran 2017-12-01 à 19.03.23.png

 

Fsspx/Actualités, 1er décembre 2017

«Les prêtres sont des « serviteurs inutiles » qui ne cherchent pas à briller, ni à centraliser le pouvoir et ne suivent pas leur intérêt personnel. C’est ce qu’a déclaré le cardinal Beniamino Stella, préfet de la congrégation pour le clergé, à l’assemblée internationale de l’Union apostolique du clergé, organisée du 13 au 17 novembre 2017, à Rome.

Lire la suite

Te Deum laudamus?

Avons-nous enfin une occasion qui en vaut la peine pour chanter un Te Deum, contrairement au Motu Proprio trompeur de 2007 et à la soi-disant levée des excommunications de 2009?

On est loin du «tir à la corde» où la Tradition retrouve ses droits à Rome petit-à-petit. Verra-t-on maintenant des prêtres quitter parce que l’accord ne se fait pas? Situation très intéressante! Prudence, nous n’en sommes pas à la première manche de ce charivari!

Après réflexion, il y a trois possibilités ;

  1. Soit la Providence s’en est mêlée;
  2. Soit c’est du bluff, et le gentil pape miséricordieux viendra au secours de l’Église en détresse au dernier moment. On pourra dire alors qu’on n’a rien demandé, mais que François nous a tout donné au moment où on s’y attendait le moins;
  3. Soit, et c’est ce qui paraît le plus vraisemblable, Rome s’amuse à faire ce jeu de rapprochement et d’éloignement pour déstabiliser et fracturer la Fraternité Saint-Pie X. Dans ce cas, on devrait revoir dans quelques mois de nouveaux signes de rapprochement.

Quoi qu’il en soit, que cette lettre du cardinal Muller soit envoyée juste avant son départ de son poste clef est très étrange.

Canada Fidèle

Source : Medias-Presse.Info

La Maison Générale de la Fraternité Saint Pie X vient de communiquer à tous ses membres le contenu d’une lettre du Gerhard cardinal Müller qui a fait, pour les naïfs, l’effet d’une douche froide, voire glaciale. En voici les principaux extraits les plus « savoureux » :

« Comme  vous  le savez,  le Pape  François  a manifesté,  à maintes  reprises,  sa bienveillance envers votre Fraternité Sacerdotale, en accordant en particulier, à tous les prêtres membres, la faculté de confesser de manière  valide les fidèles et en autorisant  les Ordinaires des lieux à concéder des licences  pour  la célébration  des  mariages  des fidèles  qui  suivent  1’activité  pastorale  dans  votre Fraternité.   D’autre   part,   la  discussion   se  poursuit  au  sujet  des  questions   relatives   au  plein rétablissement de la communion de votre Fraternité avec l’Eglise  catholique.

À ce sujet, avec l’approbation du Souverain  Pontife, j’ai  jugé nécessaire  de soumettre à la Session  Ordinaire  de  notre  Congrégation,  réunie  le  10  mai  dernier,  le  texte  de  la  Déclaration doctrinale qui vous a été transmis durant la rencontre du 13 juin 2016, comme condition nécessaire en vue du plein rétablissement  de la communion. Voici à ce propos, les décisions unanimes de tous les Membres de notre Dicastère :

1)  Il est nécessaire d’exiger des membres de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X l’adhésion  à la nouvelle formule de la Professio fidei datant de 1988 (cf. annexe). En conséquence, il n’est plus suffisant de leur demander d’émettre  la Professio fidei de 1962.

2)  Le nouveau texte de la Déclaration  doctrinale doit comporter  un paragraphe  dans lequel les signataires déclarent, de manière explicite, leur acceptation des enseignements  du Concile Vatican II et ceux de la période post conciliaire, en accordant aux dites affirmations doctrinales le degré d’adhésion qui leur est dû.

3)  Les membres de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie  X doivent reconnaître,  non seulement la validité, mais aussi la légitimité du Rite de la Sainte Messe et des Sacrements, selon les livres liturgiques promulgués après le Concile Vatican Il. »

Et le cher cardinal de conclure, in cauda venenum, que « au cours de 1’Audience accordée au Cardinal Préfet, le 20 mai 2017, le Souverain Pontife a approuvé ces décisions. »

Lire la suite

«Tels que nous sommes» ou «tels que nous sommes devenus»? Mgr Fellay aurait-il changé? – 3

Source : Medias-Presse.Info

Dans son dernier éditorial de la revue Fideliter, en Une de La Porte Latine, M. l’abbé Bouchacourt reprenait la fameuse phrase de Mgr Lefebvre prononcée lors de son sermon du 29 juin 1980 : « Rome doit nous prendre tels que nous sommes… ».

A MPI, nous aurions préféré entendre le supérieur du district de France dire « tels que nous avons toujours été ». En effet, son présent de l’indicatif, au vu des dernières sanctions prises contre les sept doyens, ressemble terriblement à « tels que nous sommes devenus »…

Mais sur ce sujet,  laissons la parole à un membre de la FSSPX qui signe là son troisième texte qui éclaire rétroactivement ce célèbre « tels que nous sommes ».

Christian LASSALE

Lire la suite

Sortez du milieu d’elle, ô mon peuple afin de ne point participer à ses péchés

Combien il est difficile de ne pas voir la Rome Conciliaire dans cette description de l’Apocalypse! Combien il est difficile de ne pas voir que tous ceux qui auront « fléchi le genou devant Baal » auront participé aux péchés de Babylone et auront part à ses calamités!

Sortez d’elle ô mon peuple! Il faut donc que le peuple de Dieu se soit trouvé en elle jusqu’à présent… Et c’est dans cette ville qu’on a trouvé le sang des prophètes et des saints, et de tous ceux qui ont été égorgés sur la terre…

Que celui qui a des oreilles comprenne ce qui se joue dans ce ralliement de la Fraternité à Babylone! Il s’agit de nos âmes et probablement du salut éternel de plusieurs prêtres qui organisent tout cela.

Plusieurs ne comprennent pas suffisamment la dimension apocalyptique des événements que nous vivons. Ils seront bien surpris quand viendra la chute de Babylone.

Canada Fidèle

 

« Après cela, je vis descendre du ciel un autre ange, qui avait une grande puissance; et la terre fut illuminée de sa gloire.

Il cria d’une voix forte, disant: « Elle est tombée, elle est tombée, Babylone la grande! Elle est devenue une habitation de démons, un séjour de tout esprit impur, un repaire de tout oiseau immonde et odieux,

parce que toutes les nations ont bu du vin de la fureur de son impudicité, que les rois de la terre se sont souillés avec elle, et que les marchands de la terre se sont enrichis par l’excès de son luxe. »

Et j’entendis du ciel une autre voix qui disait: « Sortez du milieu d’elle, ô mon peuple, afin de ne point participer à ses péchés, et de n’avoir point part à ses calamités;

car ses péchés se sont accumulés jusqu’au ciel, et Dieu s’est souvenu de ses iniquités.

 

OSSROM131533_Articolo

 

Payez-la comme elle-même a payé, et rendez-lui au double selon ses œuvres; dans la coupe où elle a versé à boire, versez-lui le double;

autant elle s’est glorifiée et plongée dans le luxe, autant donnez-lui de tourment et de deuil. Parce qu’elle dit en son cœur: Je trône en reine; je ne suis point veuve et ne connaîtrai point le deuil!

Lire la suite

Mgr Fellay aurait-il changé? – 2

Source : Medias-Presse.Info

Nous continuons aujourd’hui la publication du deuxième texte d’une série signée d’un prêtre de la Fraternité Saint-Pie X.  Le premier a été publié le 30 mai dernier.

Christian LASSALE

 

Cette fois, je vous propose un entretien donné par Mgr Fellay le 30 mars 2003 à DICI, la revue officielle de la Fraternité Saint-Pie X. Mgr Fellay y revient sur la reconnaissance canonique de Campos, dont nous parlions déjà la semaine dernière.

« Cette forme canonique de Campos, dans l’abstrait, est splendide. C’est la concrétisation qui pose un sérieux problème ; le problème de fond est celui-ci – je schématise quelque peu : nous sommes en présence de deux camps opposés lesquels sont en conflit ; à un moment donné, l’un des camps avance une proposition de paix. Ainsi donc, Rome a proposé la paix en disant : « Ne considérons plus les problèmes de doctrine, c’est trop compliqué pour l’instant, orientons-nous vers une solution pratique ». Autrement dit, on laisse le problème, et on fait comme s’il n’existait pas. Ils ont appelé cela une solution. Et Campos a accepté. »

Rome ne voulait pas considérer les problèmes de doctrine… C’est effectivement passer à côté de l’essentiel ! Qu’en est-il aujourd’hui ? Je laisse encore la parole à Mgr Fellay qui affirmait dans un entretien, le 13 mai 2016 :

« Il [le pape] a affirmé qu’il considère la doctrine comme un obstacle dans les rapports avec les gens. Pour lui ce qui est important c’est la vie, la personne », et un peu plus loin « mais pour lui, la doctrine n’est pas si importante, l’homme, les personnes sont importantes, et là nous avons donné assez de preuves que nous sommes catholiques. Voilà son approche. » Un pape pour qui la doctrine n’est pas si importante ! « Il écoute certainement, mais je ne crois pas qu’il veuille parler de la doctrine. Alors nous parlons du salut des âmes et des moyens pour le faire. » Tiens, tiens… Attendez, que je me souvienne… « Autrement dit, on laisse le problème, et on fait comme s’il n’existait pas » !

Lire la suite

Il est temps de se lever

Nous publions volontiers une lettre d’un de nos lecteurs de France qui n’est pas un «commentaire officiel», selon ses propres mots. Mgr Lefebvre ne disait-il pas que même un simple enfant avec son catéchisme pourrait répondre à son évêque en ce qui concerne sa foi? Aujourd’hui on voudrait que tout soit compliqué, et que personne ne puisse comprendre sans l’aide d’un «commentaire officiel». Tout est trop compliqué pour que l’on puisse comprendre, dit-on.

Nous pensons au contraire que les gens de bonne volonté ne voient que trop ce qui se passe et qu’on ne peut leur faire avaler un chameau. Aux moments de décisions importantes qu’il devait prendre, Mgr Lefebvre n’a pas hésité à prendre conseil auprès des fidèles.

Canada Fidèle

Passage-de-la-Loire-par-l-armee-vendeenne

Commentaires d’un simple fidèle à propos de la lettre des doyens :

 

Il est temps de se lever

Le dimanche 14 mai 2017, à saint Nicolas du Chardonnet, M. l’abbé Bouchacourt (supérieur du district de France de la Fraternité saint Pie X) est venu annoncer aux fidèles la « déposition » de M. l’abbé de La Rocque. Ce dernier, signataire de la lettre des doyens et des communautés amies concernant les mariages dans la Fraternité saint Pie X, ayant porté ce document à la connaissance de ses fidèles, était parti la veille, se conformant ainsi aux ordres de son supérieur de district

Durant la messe de 10 heures et demie, au moment où M. l’abbé Bouchacourt, en chaire, a commencé son annonce, de nombreux fidèles se sont levé et ont quitté l’église – momentanément – en signe de protestation. Ce mouvement s’est effectué dans le calme et la dignité. Il convient de souligner également qu’il ne fut pas le fait de quelques isolés : ce sont peut-être deux-cent personnes, (difficile de se rendre compte) de l’assistance qui ont suivi cette initiative.

Lire la suite

Mgr Fellay aurait-il changé?

Source : Medias-Presse.Info

Nous entamons aujourd’hui la publication d’une série de textes signés d’un prêtre de la Fraternité Saint-Pie X. Loin de toute attaque personnelle ou de polémique, ils rapportent seulement des faits à la façon de palimpsestes (1) qui retrouveraient leurs premiers sens…

(1) Palimpseste : parchemin d’auteurs anciens que les copistes du Moyen Âge ont effacé pour le recouvrir d’un second texte. Sur le plan psychologique cela revient à mettre en place un mécanisme tel que les faits nouvellement mémorisés se substituent à ceux qui leur préexistaient dans la mémoire.

Christian LASSALE

—————————–

« Tout le monde sait de toute façon ce que nous pensons, nos positions. Cela n’a pas changé, tout le monde le sait…. Cela ne signifie absolument pas que j’ai amolli notre discours, par calcul politique, afin de ne pas compromettre la possibilité d’un accord – ce qui n’est pas la bonne expression, plutôt : une reconnaissance canonique –, cela n’est tout simplement pas vrai. Celui qui est attentif et regarde tout ce que j’écris et dis, pourra reconnaître que je ne fais que continuer. Nous sommes toujours les mêmes. »

Cette récente déclaration de Mgr Fellay, dans un entretien du 21 avril dernier, m ‘encourage à me plonger dans ses écrits passés, afin de répondre une bonne fois pour toutes aux grincheux qui ne cessent de répéter que Monseigneur aurait amoindri voire changé sa position face à la Rome conciliaire. Je commence donc mes recherches sur les divers sites officiels de la Fraternité, car je n’aime pas les rumeurs. Et voilà que je tombe sur un document écrit il y a quinze ans, au sujet des prêtres de Mgr de Castro Mayer, du diocèse de Campos, intitulé : Au sujet de Campos : le mot du Supérieur Général – 2 mars 2002.

fellay_francois-768x409

« La conjonction, à quelques jours près, de la reconnaissance de Campos par Rome, que certains pensent être une reconnaissance de la Tradition, et de la journée d’Assise, qui est à l’extrême opposé de la Tradition présente une telle contradiction qu’elle nous oblige à un regard approfondi ; la démolition systématique de tout ce qui est traditionnel dans l’Eglise depuis le concile Vatican II impose une cohérence logique dans l’œuvre entreprise. Avant de saluer la reconnaissance de Campos comme un retour de Rome à la Tradition, nous sommes obligés de nous demander si cet événement ne peut pas aussi, ne doit pas aussi, être inséré dans la logique post-conciliaire : et précisément la journée d’Assise fournit un argument probant en faveur de cette thèse. Si la Rome post-conciliaire est capable de réunir tant de religions, on peut même dire toutes les religions, pour une cause commune religieuse, comment ne pourrait-elle pas aussi trouver une petite place pour la Tradition ? »

Lire la suite

Pour une entente doctrinale?

Voici un écrit de M. l’abbé Jean-Michel Gleize, professeur à Écône, qui donne de nombreux éléments de réflexion sur un éventuel accord avec Rome.

Ce texte est très intéressant, sans aucun doute. Avec tout le respect dû à ce grand théologien, ce texte soulève cependant une question : il semble à sa lecture que le problème soit rapporté principalement à la vertu de prudence et non pas suffisamment à la vertu de foi (même si l’abbé Gleize soulève régulièrement la question de la profession publique de la foi).

Si en effet l’acceptation d’une reconnaissance canonique est subordonnée principalement à une décision prudentielle, à une évaluation des «risques», cette acceptation doit être principalement la décision du chef (Mgr Fellay) à qui il revient d’évaluer les risques et de poser un geste prudentiel auquel tous devraient se soumettre pour éviter un plus grand mal.

Si au contraire on considère qu’accepter de rentrer dans l’Église conciliaire est en soi un manque à la vertu de foi (en raison du commandement de l’Apôtre selon lequel «l’hérétique doit être évité»), indépendamment d’une quelconque déclaration doctrinale à signer ou ne pas signer, alors il revient à chacun de refuser fermement de rentrer dans la secte conciliaire et de s’opposer publiquement et avec détermination aux autorités de la Fraternité qui ont manifesté clairement l’acceptation en principe d’un tel ralliement et ont de fait accepté plusieurs étapes imposées par Rome vers ce ralliement.

Canada Fidèle

1. Dans un récent entretien, Mgr Guido Pozzo a déclaré que « la réconciliation se fera lorsque Mgr Fellay adhérera formellement à la déclaration doctrinale que lui a présentée le Saint-Siège. C’est aussi la condition nécessaire pour procéder à la régularisation institutionnelle, avec la création d’une prélature personnelle ». Et lors de son retour du récent pèlerinage à Fatima (12-13 mai) à l’occasion d’une une conférence de presse donnée dans l’avion, le Pape François fait allusion à ce document, mis au point par la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, lors de sa dernière séance du mercredi 10 mai. Il s’agirait donc bien, dans l’esprit de Rome, d’une entente doctrinale. L’expression est cependant équivoque ; elle peut en effet s’entendre en deux sens.

2. Dans un premier sens, le but poursuivi est que la Tradition retrouve tous ses droits à Rome, et que par conséquent le Saint-Siège corrige sérieusement les erreurs doctrinales qui sont à la source de la crise sans précédent qui sévit encore dans la sainte Église. Cette correction est le but que recherché, but en soi et cause finale, principe de tout l’agir subséquent dans le cadre des relations avec Rome. Et ce but n’est autre que le bien commun de toute l’Église. En ce sens, l’entente doctrinale signifie que Rome doit s’entendre non point avec la Fraternité Saint Pie X, mais avec la doctrine de toujours et revenir de ses erreurs.

Lire la suite

Nous aurions préféré être trahis par un étranger

Plusieurs se sont réjouis de voir arriver un compatriote dans le district du Canada il y a trois ans. Malheureusement la joie a laissé place à une grande déception. Mois après mois dans les Lettres aux amis et bienfaiteurs, nous pouvons voir que l’abbé Couture travaille dur pour vendre à ses compatriotes le ralliement à la Rome moderniste. À quoi sert-il de faire l’éloge des grands hommes qui ont illustré l’histoire de notre nation si on s’inscrit ensuite dans la ligne de ceux qui l’ont trahie? Nous aurions préféré être vendus par un étranger.

Canada Fidèle

 

40385567_1280x960

«C’est un vrai tir à la corde, et la Tradition reprend lentement mais sûrement ses droits légitimes dans la Ville Sainte. C’est sous cet angle qu’il faut regarder la libération de la messe traditionnelle en 2007, la levée de l’‘excommunication’ en 2009, l’octroi de la juridiction ordinaire pour nos confessions en 2015, qui fut ensuite étendue indéfiniment. »                                                          Lettre aux amis et bienfaiteurs – Mai 2017

Un dernier mot de l’abbé Pinaud à l’abbé Bouchacourt

Monsieur l’abbé,

Le 10 mai dernier vous informiez vos confrères du District de France qu’ « en accord avec Monseigneur Fellay, il m’a fallu prendre de difficiles décisions envers les confrères qui ont signé le document incriminé. Monsieur l’abbé de La Rocque est relevé de sa charge de « curé » de Saint-Nicolas du Chardonnet et les sept signataires eux-mêmes relevés de leur charge de doyen. Monseigneur Fellay a nommé Monsieur l’abbé Vassal en remplacement de Monsieur l’abbé de La Rocque. »

 

imgres-1

 

Que s’est-il passé ? Pourquoi Mgr Fellay est-il revenu sur son premier choix ? Qu’importe. Nous savons tous aujourd’hui que M. l’abbé Puga assure, par intérim, la fonction de « curé » de Saint-Nicolas du Chardonnet jusqu’au 15 août prochain.

M. l’abbé Puga n’est pas un inconnu. Pendant plusieurs décennies, il enseigna différentes matières au séminaire d’Écône (Exégèse, Théologie morale, Droit Canon). Presque tous les doyens signataires et non-signataires et la très grande majorité des prêtres du district de France ont été ses étudiants. Il les connaît tous et tous le connaissent. Je crois bien volontiers M. l’abbé Puga qui « assure que de nombreux confrères du District » lui ont fait part de leur gratitude pour l’initiative des Doyens.

J’ai été d’ailleurs moi-même bien placé pour savoir qu’il jouissait d’une bonne considération auprès des plus hautes autorités de la FSSPX. En effet lorsque les confrères chargés de me juger (les abbés Quilton, Petrucci et Wuilloud), refusèrent sans explication, que M. l’abbé Pivert fut mon avocat, ils me proposèrent, trois noms, au choix, dont celui de M. l’abbé Puga. Ce n’était pas pour me déplaire. M. L’abbé Puga avait déjà accepté la défense M. l’abbé Salenave. Lisez ou relisez sa plaidoirie du 1er mai 2013 dans les Actes des procès p. 89-96, c’est un petit monument d’intelligence, de finesse, de courage aussi.

Lire la suite