Ecclesia Dei et consorts

Historiquement, nous avons utilisé le mot rallié pour définir quelqu’un, ou bien un groupe de personnes, ayant rejoint une opinion, une idée, un mouvement, etc.
Dans le monde catholique, nous entendons par rallié:
J’entends par ralliée toute personne, qui historiquement a eu l’occasion d’initier ou de suivre un accord ou une paix avec la révolution, pratique ou doctrinale. J’entends par révolution, le mouvement défendant les idées révolutionnaires que ce soit sur le plan politique ou religieux (Mgr Suenens n’a-t-il pas parlé du concile comme 89 dans l’Eglise ?), mouvement contre lequel nous luttons depuis plus de deux cents ans. Enfin, j’entends par paix les arrangements politiques, canoniques ou doctrinaux qu’ils soient négociés ou unilatéraux.

Qui sont les ralliés ?

Sur la messe

Beaucoup de ralliés concélèbrent la nouvelle messe et même la célèbrent, et ne nient plus son opposition à la foi catholique.

insolite_rifan_bergoglio_triste_fin

Mgr Rifan concélèbre le « rite ordinaire »

De nombreux prêtres encouragent les fidèles à remplir l’obligation dominicale par l’assistance à la nouvelle dans leur paroisse plutôt que d’assister à l’ancienne messe dans une chapelle de la Fraternité Saint Pie X. Dom Gérard et Mgr Wach l’ont concélébrée avec le pape Jean-Paul II; Mgr Rifan, de son côté l’a concélébrée le 8 septembre 2004 à Aparecida au Brésil. L’abbé Ribeton, de la Fraternité Saint Pierre, disait : « Je ne crois pas que célébrer la messe selon le nouvel ordo puisse en soi constituer un désordre moral objectif » (Forum catholique, 13.11.2006), au contraire de Mgr Lefebvre : «La nouvelle messe conduit au péché contre la foi, et c’est l’un des péchés les plus graves…» (La messe de toujours, Clovis 2005, p. 396) L’abbé de Tanouärn, de l’Institut du Bon Pasteur, affirme que cette messe nouvelle est «un rite légitime» (Valeurs actuelles, 1.12.2006), et participa activement à la messe d’enterrement de P. Pujo, célébrée selon le nouveau rite. Ce même Institut reconnaît «l’égalité de droit positif des deux formes du rite, la licéité de la liturgie de Paul VI et sa validité.» Il dénonce la mise en cause de son identité propre, à savoir : «qui célèbre en pratique seulement la messe traditionnelle serait suspect d’exclure “par principe” l’ordo de Paul VI.» (Abbé Christophe Héry, La Pastorale, n°2, novembre 2009)

Le concile Vatican II

Les Ralliés publient des ouvrages pour prouver que la déclaration du concile Vatican II sur la liberté religieuse est en pleine conformité avec la Tradition. (R. P. Basile du Barroux et les dominicains de Chéméré)

Lire la suite

Catéchisme du Concile de Trente 1 – Nécessité d’étudier les Commandements

Chapitre 28 — Des Commandements de Dieu en général

Saint Augustin fait remarquer que le Décalogue est le sommaire et l’abrégé de toutes les Lois[1] : « Bien que Dieu eût fait pour son peuple un grand nombre de prescriptions, néanmoins Il ne donne à Moïse que les deux tables de pierre, appelées les tables du témoignage, pour être déposées dans l’Arche. Et en effet, si on les examine de près et si on les entend comme il convient, il est facile de constater que tous les autres Commandements de Dieu dépendent des dix qui furent gravés sur les tables de pierre. Et ces dix Commandements dépendent eux-mêmes des deux préceptes de l’amour de Dieu et de l’amour du prochain, dans lesquels sont renfermés la Loi et les Prophètes. »[2]

moses_by_michelangelo_jbu160

Moïse par Michelange

  • I. — Nécessité d’étudier et d’expliquer le Décalogue.

Le Décalogue étant l’abrégé de tous les devoirs, les Pasteurs devraient le méditer jour et nuit, non seulement pour y conformer leur propre vie, mais encore pour instruire dans la Loi du Seigneur le peuple qui leur est confié. Car « les lèvres du Prêtre sont dépositaires de la science, et les peuples recevront de sa bouche l’explication de la Loi, parce qu’il est l’ange du Seigneur des armées.[3] » Ces paroles s’appliquent admirablement aux Prêtres de la Loi nouvelle, parce qu’étant plus rapprochés de Dieu que ceux de la Loi ancienne, ils doivent « se transformer de clarté en clarté, comme par l’Esprit du Seigneur.[4] » D’ailleurs, puisque Jésus-Christ Lui-même leur a donné le nom de « lumière »[5], leur devoir et leur rôle, c’est d’être « la lumière de ceux qui sont dans les ténèbres, les docteurs des ignorants, les maîtres des enfants »[6]; et « si quelqu’un tombe par surprise dans quelque péché, c’est à ceux qui sont spirituels à le relever. »[7]

Lire la suite

Bénédiction des maisons à l’Épiphanie

Il existe une pieuse coutume qui se trouve dans le Rituel Romain et qui consiste à bénir les maisons le jour de l’Épiphanie. Pour cela, on lit à l’entrée de la maison le Prologue de l’Évangile de Saint Jean, on dit un Notre Père, on lit la Collecte du jour de l’Épiphanie, et enfin, on fait l’inscription au dessus de la porte d’entrée avec la craie bénie par le prêtre.

dsc07602copie

 

L’inscription pour cette année est :

20 + C + M + B + 17

Les chiffres montrent l’année en laquelle l’inscription est faite.

Les lettres ont deux significations :

  • Elles sont les initiales des noms des trois Rois Mages :

Gaspar (Caspar), Melchior et Baltazar.

  • Elles sont aussi l’abréviation des mots latin

Christus mansionem benedicat. Que le Seigneur bénisse cette maison.

Lire la suite

Nouvelles d’Acadie et du Québec

 

Voici quelques nouvelles de l’est du Canada.

  • Missions des Maritimes

Le centre de l’apostolat des Provinces Maritimes se trouve à Lakeville, près de la ville de Moncton, au Nouveau-Brunswick, où s’est installé l’abbé Pierre Roy. Moncton est le centre de ce que nous appelons les « Provinces Maritimes », comprenant le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse et l’Ile-du-Prince-Edouard (appelée Ile-Saint-Jean avant la déportation des Acadiens). S’ajoute à cet apostolat l’île de Terre-Neuve.

maritimemap

Carte des Provinces de l’Est du Canada

 

La mission de Lakeville existe depuis septembre 2013 et est nommée Mission Notre-Dame-de-Joie. Nous louons depuis août 2015 une ancienne chapelle protestante désaffectée (Église Unie) et qui a été rachetée par un homme qui habite dans le voisinage. Nous espérons pouvoir acheter cette petite église (qui peut contenir une centaine de fidèles) ainsi qu’un lot de terre suffisant pour pouvoir un jour installer un prieuré si le Seigneur le veut. À la messe dominicale, il y a en général une quarantaine de fidèles qui sont presque tous en contact avec la Tradition seulement depuis l’existence de la Mission Notre-Dame-de-Joie.

Lire la suite