Réflexions : Pierre en prison? – 1 – Un terrible dilemme

« Vers ce temps-là, le roi Hérode fit arrêter quelques membres de l’Eglise pour les maltraiter; il fit mourir par le glaive Jacques, frère de Jean. Voyant que cela était agréable aux Juifs, il ordonna encore l’arrestation de Pierre : c’était pendant les jours des Azymes. Lorsqu’il l’eut en son pouvoir, il le jeta en prison, et le mit sous la garde de quatre escouades de quatre soldats chacune, avec l’intention de le faire comparaître devant le peuple après la Pâque. Pendant que Pierre était ainsi gardé dans la prison, l’Eglise ne cessait d’adresser pour lui des prières à Dieu. Or, la nuit même du jour où Hérode devait le faire comparaître, Pierre, lié de deux chaînes, dormait entre deux soldats, et des sentinelles devant la porte gardaient la prison. Tout à coup survint un ange du Seigneur, et une lumière resplendit dans la prison. L’ange, frappant Pierre au côté, le réveilla en disant : « Lève-toi promptement »; et les chaînes tombèrent de ses mains. L’ange lui dit : « Mets ta ceinture et tes sandales. » Il le fit, et l’ange ajouta : « Enveloppe-toi de ton manteau et suis-moi. » Pierre sortit et le suivit, ne sachant pas que ce qui se faisait par l’ange fût réel; il croyait avoir une vision. Lorsqu’ils eurent passé la première garde, puis la seconde, ils arrivèrent à la porte de fer qui donne sur la ville : elle s’ouvrit d’elle-même devant eux; ils sortirent et s’engagèrent dans une rue, et aussitôt l’ange le quitta. Alors revenu à lui-même, Pierre se dit : « Je vois maintenant que le Seigneur a réellement envoyé son ange et qu’il m’a délivré de la main d’Hérode et de tout ce qu’attendait le peuple Juif. » Après un moment de réflexion, il se dirigea vers la maison de Marie, la mère de Jean, surnommé Marc, où une nombreuse assemblée était en prière. Il frappa à la porte du vestibule et une servante, nommée Rhodé, s’approcha pour écouter. Dès qu’elle eut reconnu la voix de Pierre, dans sa joie, au lieu d’ouvrir, elle courut à l’intérieur annoncer que Pierre était devant la porte. Ils lui dirent : « Tu es folle. » Mais elle affirma qu’il en était ainsi; et ils dirent : « C’est son ange. » Cependant Pierre continuait à frapper; et lorsqu’ils lui eurent ouvert, en le voyant, ils furent saisis de stupeur. Mais Pierre, leur ayant fait de la main signe de se taire, leur raconta comment le Seigneur l’avait tiré de la prison, et il ajouta : « Allez porter cette nouvelle à Jacques et aux frères. » Puis il sortit et s’en alla dans un autre lieu. » Actes 12 ; 1-17

 

8643124257_4055048106_b

Rembrandt – Apôtre Pierre en prison, 1631

 

Nous célébrons aujourd’hui la fête des Saints Apôtres Pierre et Paul. Cette fête est intimement liée au Siège Apostolique, comme le manifeste Saint Léon le Grand dans les Matines d’aujourd’hui : « Car ce sont là, ô Rome, les deux héros qui ont fait resplendir à tes yeux l’Évangile du Christ ; et c’est par eux que toi, qui étais maîtresse d’erreur, tu es devenue disciple de la vérité. »

 

La situation présente du Siège Apostolique

Hélas, la situation présente du Siège Apostolique est extrêmement dramatique. Il se trouve en effet qu’un apostat de la pire espèce y trône et continue jour après jour à persécuter l’Eglise de Dieu. Des choses bien semblables peuvent être dites de ses prédécesseurs depuis la mort de Pie XII en 1958. Nous prenons ces faits pour acquis et les regardons comme indiscutables et nous ne tâcherons pas de les prouver ici. Ils sont de fait acceptés aujourd’hui par tous les Catholiques véritables.

 

Comment s’y retrouver dans cette situation inédite ? Les Pontifes du passé n’ont-ils pas étés on ne peut plus clairs concernant l’infaillibilité et l’indéfectibilité du Siège de Pierre ?

« Cette prière a obtenu que jusqu’ici la Foi de Pierre n’a pas manqué ; et l’on ne croit pas qu’elle manquera sur son trône, jusqu’à la fin des siècles ; Pierre affermira le cœur de ses frères, comme il n’a cessé de le faire jusqu’à présent. » (St Léon IX)

« L’Eglise romaine n’a jamais erré ; elle n’errera jamais : et l’on ne met pas au rang des catholiques quiconque n’est pas d’accord avec l’Eglise romaine. » (Grégoire VII)

 Et nous pourrions citer tant d’autres passages que d’autres ont cités avant nous…

Faudra-t-il donc adopter les hérésies et les apostasies quotidiennes de Bergoglio pour être d’accord avec l’Eglise romaine ? Dieu nous en préserve ! Nous serions aussi bien d’abandonner toute ensemble la Religion divinement révélée que de tenter d’aligner notre Foi sur celle de François l’impie.

 

François et ses prédécesseurs immédiats sont-ils à considérer comme les Vicaires du Christ en terre ? Beaucoup pensent que non et ont d’excellentes raisons de penser que non.

Est-ce à dire que la lignée des successeurs de Pierre s’est interrompue ? Après près de 2000 ans de succession constante, y a-t-il finalement eu interruption dans le pouvoir donné à Pierre par le Christ : « Pais mes brebis » ? L’Eglise n’est-elle plus apostolique ? Ne pouvons-nous plus dire dans notre Credo : « Je crois en l’Eglise Une, Sainte, Catholique et Apostolique » ?

Les paroles de Vatican I devront-elles donc être changées ?

« De même qu’il envoya les Apôtres qu’il s’était choisis dans le monde, comme lui-même avait été envoyé par le Père [Jn 20, 21], de même il voulut qu’il y eût en son Église des pasteurs et des docteurs jusqu’à la fin du monde [Mt 28, 20]. »

« Ce que le Christ notre Seigneur, chef des pasteurs, pasteur suprême des brebis, a institué pour le salut éternel et le bien perpétuel de l’Église doit nécessairement, par cette même autorité, durer toujours dans l’Église, qui, fondée sur la pierre, subsistera ferme jusqu’à la fin des siècles.  » Personne ne doute, et tous les siècles savent que le saint et très bienheureux Pierre, chef et tête des Apôtres, colonne de la foi, fondement de l’Église catholique, a reçu les clés du Royaume de notre Seigneur Jésus-Christ, Sauveur et Rédempteur du genre humain : jusqu’à maintenant et toujours, c’est lui qui, dans la personne de ses successeurs, les évêques du Saint-Siège de Rome, fondé par lui et consacré par son sang, «vit, préside et exerce le pouvoir de juger» (Concile d’Éphèse, 3e session (11 juillet 431), discours du prêtre Philippe.)

 

Serions-nous simplement depuis plusieurs décennies dans un long interregnum, une vacance du Siège Apostolique plus longue qu’à l’ordinaire? Certains l’affirment. Mais a-t-on jamais vu une vacance du Siège Apostolique pendant laquelle l’Eglise du Christ, guidée par l’Esprit-Saint, ne tentait pas par tous les moyens d’élire un successeur à Pierre? N’y a-t-il pas une différence abyssale entre la situation actuelle et les courtes vacances du passé?

 

Un dilemme affreux

Comme on le voit, les Catholiques sont aujourd’hui prisonniers d’un terrible dilemme :

  • soit on se soumet aux autorités apostates du Vatican et l’on sacrifie notre foi dans l’infaillibilité de l’Eglise. Cette dernière n’est donc plus la gardienne immaculée des dogmes du Christ. A quoi cela sert-il en effet de professer que le Vicaire du Christ est infaillible dans son magistère si, comme certains semblent le penser, il faut que chaque Catholique soit devenu un expert en magistère extraordinaire, ordinaire universel, authentique, non authentique, etc. avant de pouvoir se soumettre en toute confiance à la voix du Pasteur Universel des âmes ?
  • soit on rejette les pasteurs actuels du Vatican comme des loups dévorants et l’on admet la vacance du Siège Apostolique. Dans ce cas, il faut admettre que toute juridiction s’est éteinte dans l’Eglise. Les papes de Vatican II ne sont pas les Successeurs des Apôtres et l’Eglise se trouve sans Pierre depuis des décennies. N’est-elle pas, dans ce cas, disparue elle-même avec Pierre et la Foi inébranlable de celui-ci sur laquelle elle a été établie ? « Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise. »

Certes, nous n’ignorons pas que certains font de dangereuses acrobaties en disant que les actuels occupants du Vatican sont d’une certaine manière papes, d’une autre manière non-papes. Mais ces rêves ont-ils quoi que ce soit de commun avec la Foi des simples ? Faudra-t-il que toutes les brebis du Christ suivent un cours de théologie approfondi pour comprendre à l’issu de cette crise ce qui s’est réellement passé ? Nous en doutons fort.

 

Réviser les catéchismes?

Bref que l’infaillibilité pontificale soit une notion plus complexe qu’on ne l’avait cru jusqu’ici ou que la perpétuité de la Succession apostolique ne se trouve pas interrompue par la situation présente, il ne sera pas simple de réconcilier la crise présente de l’Eglise avec ce qui était enseigné aux fidèles dans leurs catéchismes. Prenons par exemple l’Explication littérale et sommaire du Petit Catéchisme du Québec :

Q. 140 – Qu’entendez-vous par l’infaillibilité de l’Eglise ? 

Par l’infaillibilité de l’Eglise, j’entends le privilège que Jésus-Christ a donné à son Eglise de ne pas se tromper quand elle enseigne une vérité de Foi ou de Morale.

Q. 142 – Qu’est-ce que l’indéfectibilité de l’Eglise ?

L’indéfectibilité de l’Eglise veut dire que l’Eglise, telle que fondée par Jésus-Christ, durera jusqu’à la fin du monde.

Q. 143 – En quelle personne ces trois attributs de l’Eglise (autorité, infaillibilité et indéfectibilité) sont-ils réunis ?

Ces trois attributs de l’Eglise se trouvent réunis dans leur plénitude en la personne du Pape, dont l’autorité et l’infaillibilité dureront jusqu’à la fin des temps.

– Le Pape n’est pas immortel, mais jusqu’à la fin du monde, le pape sera à sa mort remplacé par un autre pape qui sera aussi le vicaire de Jésus-Christ, le successeur de Saint-Pierre et le chef visible de l’Eglise, et qui par conséquent aura les mêmes privilèges que ses prédécesseurs.

– L’Election du pape peut être retardée, mais la papauté ne sera abolie qu’à la fin du monde.

Q. 148 – Comment l’Eglise est-elle apostolique ?

L’Eglise est apostolique parce qu’elle a été fondée par Jésus-Christ sur les Apôtres, quelle est gouvernée par leurs successeurs légitimes, et a enseigné et enseignera toujours leur doctrine. (…) Dire que l’Eglise est apostolique c’est dire qu’elle est aujourd’hui ce qu’elle était du temps des Apôtres, elle n’a changé ni dans sa constitution, ni dans sa foi.

Faudra-t-il changer tous les catéchismes des fidèles et abolir les Explications sommaires pour les remplacer par des Explications détaillées parce que tout est en fait plus compliqué qu’on ne le croyait ? Qu’il nous soit permis d’en douter.

À suivre.

 

*************************************************************************************

 

Peter in chains? – 1- A terrible dilemma

 

« And at the same time, Herod the king stretched forth his hands, to afflict some of the church. And he killed James, the brother of John, with the sword. And seeing that it pleased the Jews, he proceeded to take up Peter also. Now it was in the days of the Azymes. And when he had apprehended him, he cast him into prison, delivering him to four files of soldiers to be kept, intending, after the pasch, to bring him forth to the people. Peter therefore was kept in prison. But prayer was made without ceasing by the church unto God for him. And when Herod would have brought him forth, the same night Peter was sleeping between two soldiers, bound with two chains: and the keepers before the door kept the prison. And behold an angel of the Lord stood by him: and a light shined in the room: and he striking Peter on the side, raised him up, saying: Arise quickly. And the chains fell off from his hands. And the angel said to him: Gird thyself, and put on thy sandals. And he did so. And he said to him: Cast thy garment about thee, and follow me. And going out, he followed him, and he knew not that it was true which was done by the angel: but thought he saw a vision. And passing through the first and the second ward, they came to the iron gate that leadeth to the city, which of itself opened to them. And going out, they passed on through one street: and immediately the angel departed from him. And Peter coming to himself, said: Now I know in very deed, that the Lord hath sent his angel, and hath delivered me out of the hand of Herod, and from all the expectation of the people of the Jews. And considering, he came to the house of Mary the mother of John, who was surnamed Mark, where many were gathered together and praying. And when he knocked at the door of the gate, a damsel came to hearken, whose name was Rhode. And as soon as she knew Peter’s voice, she opened not the gate for joy, but running in she told that Peter stood before the gate. But they said to her: Thou art mad. But she affirmed that it was so. Then said they: It is his angel. But Peter continued knocking. And when they had opened, they saw him, and were astonished. But he beckoning to them with his hand to hold their peace, told how the Lord had brought him out of prison, and he said: Tell these things to James, and to the brethren. And going out, he went into another place. » Acts 12:1-17

 

Today we celebrate the feast of the Holy Apostles Peter and Paul. This feast is intimately linked to the Apostolic See, as is manifest from Saint Leo the Great’s words in today’s Matins: « For these are the two heroes, O Rome, who made the Gospel of Christ shine forth in your eyes; and it is through them that you, who were mistress of error, became a disciple of the truth.  » 

 

 

d6c46a66956de5717b9c3d7b4b042968

Statue of Moses in St Peter in chains church – Rome

 

 

The present situation of the Apostolic See

Alas, the present situation of the Apostolic See is extremely dramatic. As has become clear, an apostate of the worst kind sits in the throne of Peter and continues day after day to persecute the Church of God. Very similar things can be said of his predecessors since the death of Pius XII in 1958. We will take these facts for granted and hold them indisputable and we will not try to prove them here. They are accepted today by all true Catholics.

How to navigate in this unprecedented situation? Have the Pontiffs of the past not been as clear as can be about the infallibility and indefectibility of the See of Peter?

« This prayer has obtained that so far the Faith of Peter has not failed; and it is not believed that it will fail on his throne until the end of the ages; Peter will strengthen the hearts of his brethren, as he has done so far. » (St Leo IX)

« The Roman Church has never erred; it will never err, and we do not put in the ranks of Catholics anyone who does not agree with the Roman Church. » (Gregory VII)

And we could add so many other passages that others have quoted before us …

Will it be necessary to adopt Bergoglio’s daily heresies and apostasies to agree with the Roman Church? God forbid! It would be just as good to abandon the divinely revealed Religion than to try to align our Faith with that of the impious Francis.

 

Are Francis and his immediate predecessors to be considered as the Vicars of Christ on earth? Many people do not think so and have excellent reasons not to think so.

Does this mean that the lineage of Peter’s successors has been interrupted? After nearly 2000 years of constant succession, was there finally an interruption in the power given to Peter by Christ: « Feed my sheep »? Is the Church no longer apostolic? Can we not say anymore in our Creed: « I believe in the One, Holy, Catholic and Apostolic Church »?

Should the words of Vatican I be changed?

« Just as he sent the Apostles whom he had chosen to himself into the world, as he himself had been sent by the Father [Jn 20:21], so he wished that there should be in his Church pastors and teachers until the end of the world [Mt 28:20].  »

« What Christ our Lord, leader of the pastors, supreme pastor of the sheep, has instituted for the eternal salvation and the perpetual good of the Church must necessarily, by this same authority, always last in the Church, which, based on the stone, will remain firm until the end of the centuries. « No one doubts, and all the centuries know that the holy and most blessed Peter, leader and head of the Apostles, column of faith, foundation of the Catholic Church, has received the keys of the Kingdom of our Lord Jesus Christ, Savior and Redeemer of the human race: until now and always, it is he who, in the person of his successors, the bishops of the Holy See of Rome, founded by him and consecrated by his blood, « lives, presides and exercises the power to judge « (Council of Ephesus, 3rd session (July 11, 431), Speech of the priest Philippe.)

Would we have been for several decades in a long interregnum, a vacancy of the Apostolic See longer than usual? Some say it. But have we ever seen a vacancy of the Apostolic See during which the Church of Christ, guided by the Holy Spirit, did not try by all means to elect a successor to Peter? Is there not an abysmal difference between the current situation and the short vacancies of the past?

 

A frightful dilemma

As we see, Catholics are today prisoners of a terrible dilemma:

  • either we submit ourselves to the apostate Vatican authorities and we sacrifice our faith in the infallibility of the Church. The latter is no longer the immaculate guardian of the dogmas of Christ. What is the point of professing that the Vicar of Christ is infallible in his magisterium if, as some seem to think, every Catholic must become an expert in distinguishing extraordinary magisterium, ordinary universal magisterium, authentic magisterium, non-authentic magisterium, etc, before he can confidently submit to the voice of the Universal Pastor of souls?
  • or we reject the current pastors of the Vatican as devouring wolves and we admit the vacancy of the Apostolic See. In this case, it must be admitted that all jurisdiction has been extinguished in the Church. The popes of Vatican II are not Successors of the Apostles and the Church has been without Peter for decades. Has not the Church, in this case, disappeared along with Peter and the unshakeable faith of him on whom it was established? « Thou art Peter and upon this rock I will build my Church.»

We are not unaware that some are doing dangerous acrobatics by saying that the current occupants of the Vatican are somehow popes, somehow non-popes. But do these dreams have anything to do with the Faith of the simple ones ? Will it be necessary after this crisis for all the sheep of Christ to follow a thorough theology course to understand what really happened during the crisis? We doubt it very much.

 

Review the catechisms?

In short, that pontifical infallibility be a more complex notion than hitherto believed, or that the perpetuity of the Apostolic Succession be not interrupted by the present situation, it will not be easy to reconcile the present crisis of the Church with what was taught to the Faithful in their catechisms. Allow us to take, as an example, the Short and Literal Explanation of the Little Catechism of Quebec:

Q. 140 – What do you mean by the infallibility of the Church?

By the infallibility of the Church, I mean the privilege that Jesus Christ gave to his Church not to be deceived when she teaches a truth of Faith or Morals.

Q. 142 – What is the indefectibility of the Church?

 The indefectibility of the Church means that the Church, as founded by Jesus Christ, will last until the end of the world.

Q. 143 – In which person are these three attributes of the Church (authority, infallibility, and indefectibility) united?

These three attributes of the Church are united in their fullness in the person of the Pope, whose authority and infallibility will last until the end of time.

– The Pope is not immortal, but until the end of the world, the pope will be at his death replaced by another pope who will also be the vicar of Jesus Christ, the successor of St. Peter and the visible leader of the Church, and who consequently will have the same privileges as his predecessors.

– The election of the pope may be delayed, but the papacy will be abolished only at the end of the world.

Q. 148 – How is the Church apostolic?

The Church is apostolic because it was founded by Jesus Christ on the Apostles, and is ruled by their legitimate successors, and has taught and will always teach their doctrine. (…) To say that the Church is apostolic is to say that it is today what it was in the time of the Apostles, it has changed neither in its constitution nor in its faith.

 Will it then be necessary to change all the catechisms of the faithful and to abolish the Brief Explanations and replace them with Detailed Explanations because everything is actually more complicated than we thought? Please allow us to doubt it.

To be continued.