À propos d’un «miracle eucharistique»

Note : Cet article de l’abbé Pierre Roy n’est en aucune façon une attaque contre le site Reconquista. C’est au contraire une simple contribution à la réflexion sur un article paru sur ce site. Reconquista publie de très nombreux articles, et il serait étonnant qu’il ne s’y glisse jamais rien de contestable.

Canada Fidèle

 

Il y a quelques jours est paru un article de l’abbé Nitoglia sur Reconquista à propos d’un supposé miracle eucharistique dans le Novus Ordo à Arqua del Tronto.

L’histoire est la suivante : après un tremblement de terre, un tabernacle fut retrouvé sous terre contenant des hosties consacrées dans le Novus Ordo. Un an et demie après le tremblement de terre, le ciboire fut retrouvé fermé dans le tabernacle et les hosties «sans aucune trace de moisissure ou de vieillissement des espèces consacrées». Cela fut considéré comme un «miracle eucharistique» et une preuve de la validité du Novus Ordo Missae.

 

tabernacolo-arquata-del-tronto-750x859

Lire la suite

Solennité de la Fête-Dieu à Lakeville – 3 juin 2018

Le dimanche 3 juin, ce sera la Fête-Dieu. À cette occasion, nous aurons une procession du Saint-Sacrement autour de l’église de Lakeville. La messe sera suivie d’un pique-nique / BBQ.

Quiconque a un enfant en âge de faire sa première communion, et aimerait qu’il la fasse ce jour-là, s.v.p. contacter l’abbé Roy à l’avance.

Voir les photos de l’an dernier sur latinmassmaritimes.ca

 

p115

Lire la suite

Nouvelles d’Acadie et d’ailleurs – 2

Voilà plus d’un an qu’est paru le premier numéro de cette lettre qui a pour but de donner à tous ceux qui le désirent quelques nouvelles des groupes desservis par la Mission Notre-Dame-de-Joie.

Les choses ont évolué dans la bonne direction par la grâce de Dieu, me semble-t-il, depuis le premier numéro, c’est-à-dire depuis décembre 2016.

 

IMG_0270

Les paysages féériques des Maritimes

Une bonne décision

Bien sûr, prendre la décision de quitter la Fraternité Saint-Pie X est quelque chose de sérieux. Malgré les raisons très graves qui ont convaincu les différents prêtres de faire ce pas et en raison sans doute de l’inertie de tant d’autres confrères, on se demande toujours un peu si on a pris la bonne décision. Le temps passant et devant une situation qui n’a cessé d’empirer au sein de la Fraternité ces dernières années, force est de constater que c’était la bonne chose à faire. En fait, si vous parlez avec la plupart des prêtres qui ont quitté, ils vous diront qu’ils considèrent leur départ comme une grande grâce.

La Providence ne manque pas non plus de nous en donner des signes clairs. Il y a quelques semaines, par exemple, le cérémoniaire qui m’assistait à Montréal lors de la messe du 17 avril 2016 (date de mon premier sermon compromettant), se mariait à Winnipeg, au Manitoba, devant le prêtre moderniste de la paroisse Novus Ordo locale, sous les yeux ébahis et émerveillés du prêtre de la Fraternité Saint-Pie X, servant de pot de fleur et se préparant à célébrer la messe sous les yeux non moins ébahis et émerveillés du prêtre moderniste. Le mariage de deux jeunes traditionnalistes, mais le mariage surtout de deux Églises. Alice au pays des Merveilles! Prêtre de la Fraternité dis-moi qui tu fréquentes, je te dirai qui tu es. Rien de vraiment surprenant à cela, ce sont les dispositions prises par le pape François et acceptées avec une reconnaissance sans borne par Mgr Fellay. Le principe étant accepté, la pratique suivra progressivement, quand les esprits s’y habitueront. Rien de nouveau sous le soleil. Les mécanismes de la révolution sont connus. Seuls ceux qui s’opposeront de plein fouet survivront comme toujours. Les autres s’habitueront à ce énième compromis, le compromis dans ces domaines étant un manque d’amour pour Dieu et son Église, et le manque d’amour étant toujours puni par l’aveuglement de l’esprit et la tiédeur du cœur.

rpcq_bien_177620_149940

Le grand Saint Ignace de Loyola – Une statue de Montréal

Comme tous ceux qui ont vécu dans des mondes un peu fermés, le fait de se retrouver en dehors nous permet aussi de considérer les choses avec un peu plus de recul et de porter un jugement plus juste. Plusieurs, en nous voyant quitter la Fraternité Saint-Pie X, se comportent avec nous comme si nous avions quitté l’Église. En réalité, nous avons quitté une congrégation religieuse et nous continuons de servir l’Église là où la Providence nous guide. La Fraternité est un moyen permis par Dieu et non pas une fin, et, si ce moyen se corrompt et devient un obstacle au bien de la Tradition et des âmes, il nous faut savoir nous en détacher. C’est l’indifférence ignatienne : je ne me servirai des créatures que dans la mesure où elles me guident vers la fin que Dieu m’a donnée, et je m’en détacherai dans la mesure où elles deviennent un obstacle à cette fin. Combien de prêtres devraient mettre en pratique ce qu’ils prêchent lors des Exercices spirituels!

Le fait de quitter la Fraternité nous met également en contact avec tout un petit monde qui foisonne hors de son sein et nous permet d’ouvrir les yeux à une réalité différente : non, la Fraternité n’est pas l’Église et n’est pas la Tradition, contrairement à ce que semblent prêcher plusieurs de ses membres. Elle en fait partie, mais le troupeau du Seigneur est en ce moment vraiment dispersé sur toute la terre, et partout se trouvent des âmes de bonne volonté qui restent fidèles à Dieu du mieux qu’elles le peuvent. Il ne manque pas de voix qui s’élèvent ou de gestes qui se posent à l’intérieur de ce qu’on appelle « la Résistance » et qui tendent à recréer un petit monde tout aussi cloisonné et imperméable. Cela ne pourrait se faire qu’au détriment des âmes des fidèles et nous prions la Providence de donner au contraire à chacun « un cœur large comme le sable qui est au bord de la mer. » 1 Rois, 5,9

 

DSCN3027

Le Détroit de Northumberland

 

Lire la suite