Le Père de Famille – 3

Rappel : ce résumé du livre Le Père de Famille du Père Jean-Dominique, O.P., n’est pas composé uniquement de phrases du Père, mais se veut plutôt libre. Il peut donc comporter des réflexions qui ne se trouvent pas explicitement dans le livre et omet certainement bien des développements de l’ouvrage. Nous vous invitons à lire le livre lui-même pour mieux en connaître toute la richesse.

Canada Fidèle

 

Enseignement du Révérend Père Jean-Dominique, O.P., sur le rôle du Père de Famille – 3

Le deuxième rôle du père de famille est de participer à l’oeuvre de la Providence de Dieu par son travail et son autorité, dit le Père Jean-Dominique. Comment cela se réalise-t-il?

 

blacksmiths1.jpg

Le travail

Dans le plan de Dieu, le travail est un instrument privilégié de la paternité de l’homme. Dans le monde moderne, le travail devient au contraire trop souvent une force irrésistible qui jette l’homme en dehors de son foyer.

Les buts du travail

Quel est le premier but du travail? C’est évidemment l’oeuvre concrète qui doit être réalisée. L’ouvrier est un ministre de la Providence Divine afin de perfectionner la nature et de servir le bien des hommes. C’est pourquoi le père doit travailler avec zèle et attention. Il doit donner à ses enfants l’exemple de l’honnêteté, de la persévérance et de la discipline. Il ne devrait y avoir aucun travail bâclé, aucun désordre ou aucun travail à moitié accompli. «Tout ce qui mérite d’être fait, mérite d’être bien fait.»

Le deuxième but du travail est le salaire légitime que le père reçoit. Que le père de famille se souvienne qu’il mérite certainement le salaire de son travail. Mais qu’il ne devienne pas l’esclave de Mammon et qu’il ne parle pas sans cesse de question d’argent, en particulier devant ses enfants. Ces derniers doivent voir en lui le ministre de la Providence divine et le serviteur de ses frères. Comme Saint Joseph, un père devrait transmettre à ses enfants son propre amour de la pauvreté. Ceci est vrai en particulier de nos jours où bien peu nombreux sont ceux qui sont capables de se garder des dangers du matérialisme.

Le travail est pour la famille

Le premier bénéficiaire du travail du père est la famille, et non pas seulement sa subsistance matérielle, mais également l’âme de la famille, ses vertus et l’éducation des enfants. C’est un devoir pour le père de famille de faire tout ce qui est en son pouvoir pour avoir un travail qui subvienne aux besoins de sa maisonnée.

Il importe grandement que l’homme n’ait pas deux vies séparées qui ne sont réunies que par son portefeuille! Lorsqu’il est au travail, l’homme devrait penser qu’il est là pour sa famille. Il devrait aussi être capable de parler de ce qui se passe au travail à son épouse et d’intéresser ses enfants à ce qu’il fait.

La prière de Saint Pie X à Saint Joseph, modèle des travailleurs, n’est-elle pas une bonne façon de conclure ce chapitre?

«Glorieux Saint Joseph, modèle de tous ceux qui sont voués au travail, obtenez-moi la grâce de travailler en esprit de pénitence pour l’expiation de mes nombreux péchés; de travailler en conscience, mettant le culte du devoir au-dessus de mes inclinations; de travailler avec reconnaissance et joie, regardant comme un honneur d’employer et de développer par le travail les dons reçus de Dieu; de travailler avec ordre, paix, modération et patience, sans jamais reculer devant la lassitude et les difficultés; de travailler surtout avec pureté d’intention et avec détachement de moi-même ayant sans cesse devant les yeux la mort et le compte que je devrai rendre du temps perdu, des talents inutilisés, du bien omis et des vaines complaisances dans le succès, si funestes à l’œuvre de Dieu. Tout pour Jésus, tout pour Marie, tout à votre imitation, patriarche Saint Joseph ! Telle sera ma devise à la vie à la mort. Ainsi soit-il.»

 

L’autorité

Mais Dieu ne se contente pas de donner à chaque créature ce dont elle a besoin, il gouverne aussi toutes choses : il a l’autorité. « L’autorité est le pouvoir de lier la volonté de ses subordonnés, pour les faire servir avec stabilité le bien commun et ce faisant, leur faire atteindre leur plein épanouissement», dit le Père Jean-Dominique.

Dieu veut que l’homme soit le chef de la famille. Mais cette autorité ne sera pas la même sur son épouse et sur ses enfants.

Autorité sur les enfants

Une plante a besoin d’un tuteur. Un enfant a besoin d’une direction ferme, et, quelquefois, d’une correction énergique. Cela lui donnera une stabilité dans le bien et mettra de l’ordre dans les passions qui l’agitent. Que le père se souvienne qu’il n’est pas le propriétaire des âmes qui lui sont confiées, mais seulement le gérant. Qu’il remplisse donc son devoir de façon à plaire à son divin maître.

Autorité sur l’épouse

«Que les femmes soient soumises à leurs maris, comme au Seigneur : car le mari est le chef de la femme, comme le Christ est le chef de l’Église.» (Éphésiens, 5, 22-23) Pie XII donne de très beaux conseils aux maris : « Maris, vous avez été investis de l’autorité. Dans votre foyer, chacun de vous est le chef, avec toutes les obligations et les responsabilités que ce titre comporte. N’hésitez donc pas à exercer cette autorité; ne vous soustrayez pas à ces devoirs, ne fuyez pas ces responsabilités. Que l’indolence, la négligence, l’égoïsme et les passe-temps ne vous fassent pas abandonner le gouvernail du navire familial confié à vos mains.» Et, certainement, le mauvais exercice de l’autorité de bien des hommes à notre époque est souvent un plus grand mal que la désobéissance même de certaines femmes.

Une bonne épouse comprend très bien combien elle a besoin que son mari exerce son autorité sur sa famille. Nous avons tous les défauts de nos qualités. Dieu a donné à la femme des vertus spéciales qui la rendent apte au grand oeuvre de la maternité. « Ces vertus sont la délicatesse, la persévérance, l’endurance dans la douleur, le don de soi, une intuition particulière pour deviner la souffrance des plus faibles et une ardente compassion pour la soulager. Mais cette sensibilité très fine risque fort, si elle n’est pas canalisée, de prendre le pas sur la raison. Apparaissent alors l’instabilité, l’anxiété, le découragement, la précipitation dans le jugement, les troubles de la nervosité. Comment se prévenir contre des débordements si naturels sinon, comme l’homme lui-même d’ailleurs, par une conduite ferme, et donc par l’autorité de son mari.» (Père J.-D.) La femme doit aimer l’autorité de son mari comme la Bienheureuse Vierge Marie aimait l’autorité de Saint Joseph. Elle devrait mettre «tout son génie, toute sa finesse psychologique et sa bonté à grandir son mari aux yeux de ses enfants, et même à ses propres yeux d’épouse.» (Père J.-D.)

L’autorité  du mari sur son épouse est une autorité d’amour. «Mais envers la femme que vous avez prise pour compagne de votre vie, de quelle délicatesse, de quel respect, de quelle affection devra, en toute circonstance, joyeuse ou triste, faire preuve votre autorité! Que vos ordres, ajoute le grand évêque d’Hippone, cité tout à l’heure, aient la douceur du conseil, et dans le conseil l’obéissance puisera courage et réconfort. Dans la maison du chrétien qui vit de la foi et qui est encore un pèlerin en marche vers la cité céleste, ceux-là mêmes qui commandent sont les serviteurs de ceux à qui ils paraissent donner des ordres; car ils commandent non par envie de dominer, mais pour conseiller; non par orgueil qui veut prévaloir, mais par la miséricorde qui veut pourvoir.» (Pape Pie XII)

Que le père de famille ait de la reconnaissance pour tout ce que son épouse fait pour lui tous les jours. Dans le travail de l’éducation, elle est souvent seule comme Daniel au milieu des lions; de façon quotidienne, elle accomplit une multitude de tâches ingrates, et elle trouve les mots, après une journée épuisante, pour soutenir son mari de son amour. Que le père s’intéresse à ce que son épouse fait. Qu’il fasse tout pour alléger son fardeau. Qu’il sache trouver du temps pour elle, car elle est ici-bas son plus précieux secours.

 

____________________________

A teaching of Reverend Father Jean-Dominique, O.P. on the Role of the Father of the Family – 3

The second role of a father is to participate in the work of the Providence of God by his work and his authority, says Father Jean-Dominique. How does this take place?

 

Lancaster_County,_Pennsylvania._An_Old-Order_Amishman_working_in_his_repair_shop._Good_machine_sho_._._._-_NARA_-_521078.jpg

Work

Work is willed by God as a privileged instrument of the father’s paternity. In today’s world, work has unfortunately become too often an irresistible force expelling the man out of his household.

The goals of work

What is the first goal of work? It is obviously the concrete work to be fulfilled. The worker is a minister of Divine Providence to complete nature and serve the good of man. This is why the father must work with zeal and attention. He must give his children the example of honesty, perseverance and discipline. There should therefore be no botched work, disorder or half-done work. «Everything that deserves to be done, deserves to be well-done.»

The second goal of work is the legitimate salary that the father receives. Let the father remember that this salary is well deserved by his work. But let him not become the slave of Mammon and talk about money all the time, especially in front of his children. They have to see in their father the minister of Divine Providence and the server of his brothers. As Saint Joseph, a father should instill in his children his own love of poverty. This is especially true in our days, where so few people are able to protect themselves from the dangers of materialism.

Work for your family

The first beneficiary of the father’s work is the family, and not only its material subsistance, but also the soul of the family, its virtues and the education of children. It is a duty for the father to do everything he can to have a work that provides for the family.

How important it is that man do not have two separate lives that are gathered together only by his wallet! While at work, a man should think that he is there for the family. He should be able to speak about what is going on at work with his wife and also get the children interested in what he is doing.

Isn’t the prayer of St. Pius X to St. Joseph a good way to close this chapter?

«Glorious St. Joseph, model of all who are devoted to labor, obtain for me the grace to work in the spirit of penance in expiation of my many sins; to work conscientiously by placing love of duty above my inclinations; to gratefully and joyously deem it an honor to employ and to develop by labor the gifts I have received from God, to work methodically, peacefully, and in moderation and patience, without ever shrinking from it through weariness or difficulty to work; above all, with purity of intention and unselfishness, having unceasingly before my eyes death and the account I have to render of time lost, talents unused, good not done, and vain complacency in success, so baneful to the work of God. All for Jesus, all for Mary, all to imitate thee, O Patriarch St. Joseph! This shall be my motto for life and eternity.»

 

Authority

But God does not only provides to each creature whatever it needs, He also governs, He has authority. «Authority is the power to bind the will of one’s subordinates, to make them serve, with stability, the common good, and, by doing so, to make them reach their full blossoming », says Father Jean-Dominique.

God wants to establish man the head of the family. But this authority will not be the same over his wife and his children.

Authority over the children

A plant needs a stake. A child needs a firm direction, and, sometimes, an energetic correction. This will give him stability in being good and will settle order in his passions. Let the father remember that he is not the owner of the souls entrusted to him, but only the manager. Let him fulfill his duty in a way that is pleasing his Divine Master.

Authority over the wife

«Let women be subject to their husbands, as to the Lord : because the husband is the head of the wife, as Christ is the head of the Church.» (Ephesians, 5, 22-23) Pius XII gives beautiful advices to husbands : « Husbands, you have been invested with authority. In your household, each one of you is the head with all of your obligations, with all the responsibility that this title entails. Do not hesitate, therefore, to exercise this authority. Do not withdraw yourselves from this duty, do not flee this duty, this responsibility. Never let laziness, negligence, selfishness or hobbies abandon the rudder of the family ship entrusted to your care.» And indeed, the lack of authority of men in our days is even a greater disaster than the disobedience of women.

A good wife understands very well how much she needs her husband to exercise his authority over the family. We all have the defects of our qualities. God has given the woman particular virtues that render her apt to the great work of motherhood. «These are gentleness, perseverance, endurance in pain, the gift of self, the particular intuition to guess the suffering of the weaker one and an ardent compassion to relieve the suffering. But this very fine sensibility might very well become a short-coming. And then will appear instability, anxiety, discouragement, precipitation in judgment, and troubles of nervousness. How to prevent oneself against these very natural defects if not, just as man himself, by a firm conduct and thus, by the authority of her husband?» (Fr J.-D.) The wife must love the authority of her husband as the Blessed Virgin Mary loved the authority of St. Joseph. She should put all her skill, all her psychological finesse to make the authority of her husband grow in the eyes of her children.

The authority of the husband over his wife is an authority of love. «But towards the wife you have chosen as your life’s companion, what delicacy, what respect, what affection you must display in every exercise of your authority, be it happy or sad! Let your command, adds the great Bishop of Hippo mentioned a moment ago, be as gentle as good advice : and, from this advice, obedience will draw encouragement and strength. In a Christian home where one lives through Faith and is still a pilgrim from the heavenly city, even those who command serve those whom they appear to command, for they do not command through any desire to rule, but to advise, not through pride of authority but through thoughtful foresight.» (Pope Pius XII)

Let the father have gratitude for everything his wife does on a daily basis for him. In the work of education, she is often alone as Daniel in the midst of lions; on a daily basis, she accomplishes a lot of ungrateful tasks, and she finds the words, after her busy day, to sustain him by her love. Let the father get interested in what his wife does. Let him try his best to lighten her burden. Let him find time for her, as she is here on earth his most precious help.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s