Pleurez, M. Trudeau, en attendant de rencontrer votre Dieu!

La larme à l’oeil, nos dirigeants ne s’inquiètent plus de la loi de Dieu, mais uniquement de leurs nouvelles «valeurs».

«Lesbiennes, gais, bisexuels, transgenres, queers ou bispirituels…», quand la liste va-t-elle s’arrêter?

«Ne vous y trompez point : ni les impudiques, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les efféminés, ni les infâmes, ni les voleurs, ni les avares, ni les ivrognes, ni les calomniateurs, ni les rapaces ne posséderont le royaume de Dieu.» I Cor. 6, 9-10

Canada Fidèle

 

 

justin-trudeau-ottawa-lgbt

« Nous avons eu tort, nous demandons pardon. Je suis désolé, nous sommes désolés. » Le premier ministre Justin Trudeau a présenté des excuses officielles aux victimes d’injustices subies dans la fonction publique fédérale et dans les Forces armées canadiennes en raison de leur orientation sexuelle, mardi après-midi à la Chambre des communes.

M. Trudeau a rappelé que le travail principal du gouvernement est « d’assurer la sécurité de ses citoyens ».

« Nous avons manqué à notre devoir envers les communautés LGBTQ2 », a-t-il dit, en précisant qu’il était « rempli de regrets ».

Plusieurs membres de la communauté LGBT+ étaient sur place pour entendre de la bouche de M. Trudeau le message qu’ils réclamaient depuis plusieurs années.

Le premier ministre a notamment relevé les nombreuses injustices auxquelles ont fait face des fonctionnaires fédéraux et des militaires canadiens.

Il a indiqué que le traitement de ces personnes a mené à une « perte de dignité ».

« Nous avons collectivement honte que des Canadiens qui s’identifient comme étant lesbiennes, gais, bisexuels, transgenres, queers ou bispirituels aient été traités injustement, congédiés, empêchés d’avoir accès à des promotions, surveillés, arrêtés, condamnés ou agressivement couverts de honte, à cause de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre », a dit le premier ministre.

« Des gens ont perdu leurs moyens de subsistance, leur famille et, dans certains cas, leur vie », a-t-il ajouté.

Des milliers d’employés fédéraux et de membres des Forces armées ont été interrogés, persécutés ou ont perdu leur emploi en raison de leur orientation sexuelle.

Nous espérons qu’en reconnaissant nos erreurs, nous pourrons faire progresser la cause des personnes LGBTQ2 au Canada comme il se doit.

Justin Trudeau, dans un communiqué

« Plus jamais nous ne permettrons que ces gestes se produisent », a conclu le premier ministre, visiblement ému, avant de serrer plusieurs de ses collègues dans ses bras.

Le discours de Justin Trudeau a été suivi de celui du chef du Parti conservateur, Andrew Scheer, et du chef parlementaire néo-démocrate, Guy Caron. Ils ont eux aussi offert leurs excuses et condamné les gestes du gouvernement envers la communauté LGBT+ dans le passé.

Notons que plusieurs députés conservateurs manquaient à l’appel lors du discours du premier ministre, selon ce qu’a pu observer La Presse canadienne.

 

Réparer des blessures

Diane Pitre, une ancienne membre des Forces armées canadiennes qui est lesbienne et qui a dû quitter son emploi en 1980, a des sentiments partagés en ce qui a trait aux excuses du gouvernement canadien.

Elle a livré ses sentiments à Radio-Canada quelques minutes avant d’entendre le discours de Justin Trudeau.

« Beaucoup d’émotions, contente, dit-elle. [Mais] triste un peu que je sois ici aujourd’hui à cause de ce qui s’est passé […] Ça n’aurait jamais dû arriver. »

Mais ça va réparer des blessures que j’ai en dedans, je crois, entendre qu’on s’excuse.

Diane Pitre, ex-membre des Forces armées canadiennes

Diane Doiron, ex-membre des Forces armées canadiennes, était aussi à Ottawa mardi pour entendre les excuses de M. Trudeau.

« Aujourd’hui pour moi […] c’est comme [si je venais] à une cérémonie pour devenir Canadienne, parce que 30 ans passés, je n’étais pas Canadienne parce qu’ils ne me voulaient pas […] C’est plate, mais c’est vrai », a déclaré Mme Doiron.

 

Dédommagement et projet de loi

En plus des excuses, le gouvernement canadien prévoit jusqu’à 145 millions de dollars pour aider à réparer les torts.

Une somme de 110 millions de dollars servira à dédommager les fonctionnaires, militaires et membres de la GRC qui sont inscrits au recours collectif et 15 millions de dollars seront destinés à des projets pour la commémoration de ces événements historiques. Un monument national sera notamment érigé à Ottawa.

Source : Ici.Radio-Canada.ca

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s