Paroles choc – 1

Nous aimerions mettre à disposition des citations qui nous sont régulièrement envoyées et qui sont très puissantes en ces temps d’apostasie. Ces paroles de sagesse seront classifiées sous l’onglet «Paroles choc».

Canada Fidèle

 

«À un moment donné dans l’histoire de l’Église, seulement quelques années avant la prédication de Grégoire [de Nazianze] en l’an 383, le nombre d’évêques catholiques en possession de leur siège épiscopal, par opposition aux évêques ariens en possession de leur siège, n’était probablement pas plus élevé que quelque chose comme 1 à 3% au total. La doctrine eût-elle été déterminée par la popularité, nous devrions tous aujourd’hui être des négateurs du Christ et des opposants au Saint-Esprit». (W.A. Jurgens, The Faith of the Early Fathers, Vol. 2, p. 39.)

 

5206508-7769178

Saint Grégoire de Nazianze

«Au temps de l’Empereur Valence (4ème siècle), Basile était en principe le seul évêque orthodoxe dans tout l’Orient qui réussit à garder la charge de son siège… Si cela n’a pas d’autre importance pour l’homme moderne, une connaissance de l’histoire de l’arianisme devrait au moins démontrer que l’Église Catholique n’accorde aucune importance à la popularité et au nombre en professant et en maintenant sa doctrine : autrement, nous aurions dû depuis longtemps abandonner Basile, Hilaire, Athanase, Libère et Ossius, et nous mettre dans le sillage d’Arius.»(W.A. Jurgens, The Faith of the Early Fathers, Vol. 2, p. 3.)

_______________________________
“At one point in the Church’s history, only a few years before Gregory’s [Nazienzen] present preaching (383 A.D.), perhaps the number of Catholic bishops in possession of sees, as opposed to Arian bishops in possession of sees, was no greater than something between 1% and 3% of the total.  Had doctrine been determined by popularity, today we should all be deniers of Christ and opponents of the Spirit.” (W.A. Jurgens, The Faith of the Early Fathers, Vol. 2, p. 39.)
“In the time of the Emperor Valens (4th century), Basil was virtually the only orthodox Bishop in all the East who succeeded in retaining charge of his see… If it has no other importance for modern man, a knowledge of the history of Arianism should demonstrate at least that the Catholic Church takes no account of popularity and numbers in shaping and maintaining doctrine: else, we should long since have had to abandon Basil and Hilary and Athanasius and Liberius and Ossius and call ourselves after Arius.” (W.A. Jurgens, The Faith of the Early Fathers, Vol. 2, p. 3.)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s