L’Église et l’apostasie – 1 – De la secte conciliaire

L’Église et l’Apostasie, de l’abbé Olivier Rioult. Un livre à lire! Vous pouvez vous le procurer en nous contactant au moyen de notre onglet contact au prix de 30$.

Nous vous proposerons un petit résumé de ce livre en plusieurs parties.

La première partie traite de la Secte Conciliaire. Nous aurions pu faire un résumé, mais il semble que le meilleur résumé consiste à donner les deux citations qui suivront.

De façon synthétique :

Mgr Lefebvre affirme que l’Église officielle ou conciliaire n’a pas les quatre notes qui font la visibilité de l’Église : Unité, Sainteté, Catholicité et Apostolicité. Par conséquent, l’Église officielle ou conciliaire ne peut pas être associée à l’Église visible ou à la véritable Église.

Mgr Fellay au contraire dit que l’Église officielle est une, sainte, catholique et apostolique parce que… la foi nous oblige à le croire.

Or la foi n’a jamais obligé personne à croire que l’Église conciliaire est une, sainte, catholique et apostolique, mais seulement que les notes auxquelles on reconnaît la véritable Église sont l’unité, la sainteté, la catholicité et l’apostolicité. Ce qui nous conduit plutôt dans la direction de dire que l’Église conciliaire de Vatican II n’est pas la véritable Église de Jésus-Christ.

Canada Fidèle

 

« Je crois qu’il faut vous convaincre de cela : vous représentez vraiment l’Église Catholique, non pas qu’il n’y ait pas d’Église en dehors de nous, il ne s’agit pas de cela… Ces derniers temps, on nous a dit qu’il était nécessaire que la Tradition entre dans l’Église visible. Je vous avoue que je crois qu’il y a là une erreur profonde, une erreur très très grave.

Où est l’Église visible? Elle se reconnaît aux signes qu’elle a toujours donnés pour sa visibilité : elle est une, sainte, catholique et apostolique. Je vous demande : où sont les véritables marques de l’Église? Sont-elles davantage dans l’Église officielle (il ne s’agit pas de l’Église visible, il s’agit de l’Église officielle) ou chez nous, en ce que nous représentons, ce que nous sommes. Il est clair que c’est nous qui gardons l’unité de la foi…, qui a disparu de l’Église officielle… Il n’y a donc plus de catholicité pratiquement… L’apostolicité : ils ont rompu avec le passé… La sainteté… considérons les fruits de notre apostolat… : les vocations, les religieuses, les familles chrétiennes… même nos visiteurs progressistes de Rome l’ont bien constaté que le travail que nous faisons était un très bon travail… Tout cela montre que c’est nous qui avons les marques de l’Église visible. S’il y a encore une visibilité de l’Église aujourd’hui, mais c’est grâce à vous…

Ces signes ne se trouvent plus chez les autres. Il n’y a plus chez eux d’unité de la foi, or c’est la foi qui est à la base de toute la vraie visibilité de l’Église. La catholicité, c’est la foi une dans l’espace. L’apostolicité, c’est la foi une dans le temps et la sainteté c’est le fruit de cette foi

C’est l’Église officielle qui nous rejette, mais ce n’est pas nous qui rejetons l’Église… ils ont le sida, on n’a pas envie de l’attraper, le sida spirituel, si on veut garder sa santé, il ne faut pas aller avec les sidaïques… Ce n’est pas nous, mais les modernistes, qui sortent de l’Église.

Quant à dire «sortir de l’Église visible», c’est se tromper que d’assimiler l’Église officielle et l’Église visible…. Sortir, donc, de l’Église officielle? Dans une certaine mesure, oui, évidemment. Il faut donc sortir de ce milieu des évêques si l’on ne veut pas perdre son âme. Mais cela ne suffit pas, car c’est à Rome que l’hérésie est installée. Si les évêques sont hérétiques, ce n’est pas sans l’influence de Rome.»

Mgr Lefebvre, Retraite sacerdotale, Écône, septembre 1988

imgres

Mais qu’est donc devenu Mgr Fellay?

 

«Nous ne parlons pas d’une Église en l’air! Nous parlons de l’Église qui est là, réelle, devant nous, avec une hiérarchie, avec un pape. Ce n’est pas le fruit de notre imagination: l’Église est là, elle est réelle, l’Église catholique romaine. Nous disons et nous devons professer cette Église comme étant sainte, comme étant une, car la foi nous y oblige.»

Non, il ne s’agit pas du Supérieur Général de la Fraternité Saint Pierre, il s’agit bien de Mgr Fellay, Flavigny, 2 septembre 2012

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s