Le pape François, un pape violent?

Voici un article de Roberto de Mattei, grand ami de la Fsspx de Mgr Fellay, qui pourtant ne voit pas d’un bon oeil des accords avec Rome.

Nous ne partageons pas la vision de Roberto de Mattei, qui fait dépendre le danger sur la personne du Pape François plutôt que sur le fait qu’il est un pape conciliaire. Pourtant, cet article a son intérêt puisqu’il montre que même les meilleurs amis de la Menzingen actuelle se rendent compte du danger où celle-ci conduit les membres de la Fraternité et les fidèles qui lui ont confié leurs âmes.

Canada Fidèle

Contre l’évidence, il est difficile d’argumenter. La main tendue du pape Bergoglio en direction de la Fraternité Saint-Pie X est la même qui s’abat en ces jours sur l’Ordre de Malte et sur les Franciscains de l’Immaculée.

L’événement de l’Ordre de Malte s’est conclue avec la capitulation inconditionnelle du Grand Maître et le retour au pouvoir  d’Albrecht Von Boeslager et du puissant groupe allemand qu’il représente.

 

1531704_10202135547341918_1972959707_n

 

L’événement a été repris en ces termes par Riccardo Cascioli dans La Nuova Bussola quotidiana : le responsable de la dérive morale de l’Ordre a été réhabilité et celui qui a cherché à y mettre fin a été renvoyé chez lui.

Ceci s’est produit avec un mépris complet de la souveraineté de l’Ordre, comme il ressort de la lettre du 25 janvier, adressée au Conseil Souverain du secrétaire d’état Pietro Parolin au nom du Saint Père, que le Saint Siège a de fait nommé comme commissaire de l’Ordre.

Il serait logique que les cent autres États qui maintiennent des rapports diplomatiques avec l’Ordre de Malte retirent leurs ambassadeurs, du moment que les relations peuvent être avoir lieu directement avec le Vatican, duquel l’Ordre dépend entièrement désormais.

Le manque de respect dont le pape François fait preuve envers la loi s’étend du droit international au droit civil italien.

Un décret émis par la Congrégation des Religieux avec l’assentiment du Pape, imposait au père Stéfano Maria Manelli, supérieur des Franciscains de l’Immaculée, de ne pas communiquer avec les médias, ni d’apparaître en public; de ne participer à aucune initiative ou rencontre de quelque nature que ce soit; et, le comple, de « remettre dans les limites de quinze jours depuis la publication du présent décret le patrimoine économique géré par l’association civile et tout autre somme à sa disposition dans les mains des instituts individuels », c’est-à-dire de faire don à la Congrégation des Religieux des biens patrimoniaux desquels le Père Manelli n’a pas la disposition, comme il a été confirmé par le Tribunal du Riesame di Avellino, parce que ceux-ci appartiennent à des associations légalement reconnues par l’État italien.

« En 2017, dans l’Église de la Miséricorde, commente Marco Tossati, il manque l’estrapade et le masque de fer (deux méthodes de torture), et le catalogue sera complet ».

Comme si cela ne suffisait pas, Mons. Ramon C. Arguelles, archevêque de Lipa aux Philippines, a pris connaissance de sa démission par un communiqué de la Salle de Presse vaticane.

On ignore les raisons d’une telle mesure, mais on peut les deviner : Mons. Arguelles a reconnu canoniquement une association qui recueille un groupe d’ex-séminaristes des Franciscains de l’Immaculée, qui ont abandonné leur ordre, pour pouvoir étudier et se préparer au sacerdoce en pleine liberté et indépendance. Il s’agit là d’une faute apparemment impardonnable.

La question se pose ici si le Pape François n’est pas un Pape violent, dans le vrai sens du terme. La violence n’est pas une force exercée de manière cruelle, mais la force appliquée de manière illégitime, en mépris du droit, afin d’atteindre des objectifs personnels.

Le désir de Monseigneur Fellay de régulariser la situation canonique de la Fraternité Saint-Pie X avec un accord qui ne lèse en rien l’identité de son institut est certainement appréciable, mais on se demande : est-il opportun de se mettre sous l’ombre juridique de Rome précisément au moment où à Rome on ignore le droit, ou même on l’utilise comme moyen pour opprimer ceux qui veulent rester fidèles à la foi et à la morale catholique.

Roberto de Mattei, Corrispondenza Romana, 3 février 2017

Traduction par Canada Fidèle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s