Catéchisme du Concile de Trente 3 – Les Commandements ont été établis avec une grande solennité

 

Troisième partie du Catéchisme — DU DECALOGUE

Chapitre 28 — Des Commandements de Dieu en général

Motifs d’observer les commandements

 Les commandements ont été établis avec une grande solennité

Si le Pasteur a soin de rapporter et de dépeindre ensuite, d’après l’autorité de la Sainte Écriture, la manière dont la Loi fut donnée, les Fidèles n’auront pas de peine à comprendre avec quelle piété et quelle soumission ils doivent accomplir les Commandements qui leur viennent de Dieu.

Trois jours avant la promulgation du Décalogue, sur l’ordre formel de Dieu, tous les Hébreux furent obligés de laver leurs vêtements et de garder la continence, afin d’être purs et plus prêts à recevoir la Loi du Seigneur. Quand les trois jours de préparation furent passés, ils vinrent tous au pied de la montagne, où Dieu avait résolu de leur donner sa Loi par l’intermédiaire de Moise. Moise en effet fut appelé seul sur la Montagne. Alors Dieu lui apparut dans tout l’éclat de sa Majesté. Il se mit à parler avec lui et lui donna les préceptes du Décalogue au milieu des tonnerres, des feux, des éclairs, et d’un nuage épais qui couvrit toute la Montagne.

Or, que voulait la Sagesse divine par tous ces prodiges, sinon de montrer avec quelle pureté de cœur et quelle humilité nous devons accueillir sa Loi, et quels châtiments terribles sa justice nous réserve, si nous n’y faisons pas attention[1] ?

gravure-dore-bible-moise-descend-du-sinai

Gustave Doré – Moïse descend du Sinaï

Commentaires

Dans le Nouveau Testament, il est plutôt rare que Dieu manifeste sa puissance aussi clairement que dans l’Ancien Testament. La raison en est que nous avons reçu le Saint-Esprit qui, si nous disposons nos cœurs à écouter ses inspirations, nous enseignera tout ce que nous avons besoin de savoir. Nous avons aussi la Sainte Église Catholique, qui est elle-même une manifestation de Notre-Seigneur et de sa doctrine divine.

L’ordre donné aux Hébreux de laver leurs vêtements et de s’abstenir de relations conjugales avant que Moïse ne reçoive les tables de la loi est pour nous un enseignement sur l’opposition qui existe entre la chair et l’esprit. Celui qui flatte sa chair ne pourra pas comprendre les choses de Dieu. Celui qui châtie sa chair au contraire pourra entrer plus avant dans la connaissance des choses de Dieu. « Ne vous y trompez pas : on ne se rit pas de Dieu. Ce qu’on aura semé, on le moissonnera. Celui qui sème dans sa chair moissonnera, de la chair, la corruption; celui qui sème dans l’esprit moissonnera, de l’esprit, la vie éternelle.[2] »

Ceux qui vivent dans le célibat devraient rechercher la plus grande pureté d’esprit, de cœur et de corps, se souvenant que s’ils offrent à Dieu leur chasteté, ils en recevront une grande récompense dans le ciel. « Je vous le dis, celui qui sème peu moissonnera peu, et celui qui sème abondamment moissonnera abondamment. Que chacun donne, comme il l’a résolu en son coeur, non avec regret ni par contrainte; car Dieu aime celui qui donne avec joie.[3] » C’est l’enseignement de l’Église que le célibat volontaire est en lui-même un état de vie plus parfait que l’état conjugal, qui est saint également, mais à un moindre degré. « Si quelqu’un dit que l’état du mariage est préférable à l’état de virginité, et qu’il n’est pas meilleur et plus heureux de demeurer dans la virginité ou le célibat que de s’unir en mariage, qu’il soit anathème.[4] » « Je voudrais, au contraire, que tous les hommes fussent comme moi; mais chacun reçoit de Dieu son don particulier, l’un d’une manière, l’autre d’une autre. A ceux qui ne sont pas mariés et aux veuves, je dis qu’il leur est bon de rester comme moi-même. Mais s’ils ne peuvent se contenir, qu’ils se marient; car il vaut mieux se marier que de brûler.[5] »

Quant aux gens mariés, ils doivent se rappeler qu’ils ne peuvent user du mariage à la façon des païens pour commettre le péché ou pour s’adonner à une recherche immodérée du plaisir. « Que le mariage soit honoré de tous, et le lit conjugal exempt de souillure, car Dieu condamnera les impudiques et les adultères.[6] » « Voici ce que je dis, frères, c’est que le temps est court; que désormais ceux qui ont des femmes soient comme n’en ayant pas, ceux qui pleurent comme ne pleurant pas, ceux qui se réjouissent comme ne se réjouissant pas, ceux qui achètent comme ne possédant pas, et ceux qui usent du monde comme n’en usant pas, car la figure de ce monde passe.[7] »

 

En pratique

Soyons des hommes de pénitence, qui réduisent leur corps en esclavage. En particulier, gardons les jours traditionnels de jeûne et d’abstinence qui sont au Canada : tous les jours du carême, à l’exception des dimanches ; les mercredis, vendredis et samedis des Quatre-Temps ; les vigiles de la Pentecôte, de la Toussaint, de Noël et de l’Immaculée Conception.

Que chacun se garde de dénigrer l’état du célibat. Il est vrai que plusieurs vieux garçons et vieilles filles peuvent avoir des habitudes particulières s’ils vivent dans l’égoïsme, ce qui n’est pas le célibat souhaité par Saint Paul. Mais, en soi, l’état de célibat volontaire est un état plus parfait, car les tribulations de la chair sont moindres dans cet état de vie, et une vie d’union à Dieu plus facile.

 

[1] Exod. 19,10

[2] Gal. 6,7-8

[3] 2 Cor. 9,6-7

[4] Concile de Trente, Session 23, Canon 10

[5] 1 Cor. 7,7-9

[6] Heb. 13,4

[7] 1 Cor. 7,29-31

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s