Nouvelles d’Acadie et du Québec

 

Voici quelques nouvelles de l’est du Canada.

  • Missions des Maritimes

Le centre de l’apostolat des Provinces Maritimes se trouve à Lakeville, près de la ville de Moncton, au Nouveau-Brunswick, où s’est installé l’abbé Pierre Roy. Moncton est le centre de ce que nous appelons les « Provinces Maritimes », comprenant le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse et l’Ile-du-Prince-Edouard (appelée Ile-Saint-Jean avant la déportation des Acadiens). S’ajoute à cet apostolat l’île de Terre-Neuve.

maritimemap

Carte des Provinces de l’Est du Canada

 

La mission de Lakeville existe depuis septembre 2013 et est nommée Mission Notre-Dame-de-Joie. Nous louons depuis août 2015 une ancienne chapelle protestante désaffectée (Église Unie) et qui a été rachetée par un homme qui habite dans le voisinage. Nous espérons pouvoir acheter cette petite église (qui peut contenir une centaine de fidèles) ainsi qu’un lot de terre suffisant pour pouvoir un jour installer un prieuré si le Seigneur le veut. À la messe dominicale, il y a en général une quarantaine de fidèles qui sont presque tous en contact avec la Tradition seulement depuis l’existence de la Mission Notre-Dame-de-Joie.

Photos de la Mission Notre-Dame-de-Joie :

img_0058

img_0061

 

À partir de Moncton (Lakeville), sont desservies les missions suivantes :

  • La Mission Notre-Dame-de-l’Assomption à Dartmouth, en Nouvelle-Écosse, près de Halifax (à deux heures et demie de voiture de Moncton). Nous nous réunissons une fois par mois dans la chapelle d’un salon funéraire pour la messe dominicale. Une soixantaine de fidèles sont présents dont plus d’une vingtaine d’enfants.
img_0120

Les enfants se partagent joyeusement des présents après la messe du jour de l’an

 

  • La mission Marie, Étoile de la Mer, à Charlottetown, sur l’Ile-du-Prince-Edouard, qui réunit une quinzaine de fidèles. Charlottetown se trouve à 1h45 de voiture de Moncton. La messe a lieu dans le restaurant d’un hôtel ou dans la maison privée d’un des fidèles en fonction des disponibilités. Il faut à chaque voyage emprunter le Pont de la Confédération qui relie l’île au continent et qui fait 13 km de longueur.

img_3260

160429_9j47o_pont-confederation_sn635

Le Pont de la Confédération, reliant l’Ile-du-Prince-Edouard au Continent

 

  • La Mission Marie-Reine-des-Anges à Tracadie-Sheila, dans le nord du Nouveau Brunswick. Une bonne trentaine de fidèles se réunissent dans une salle louée pour l’occasion et redécouvrent la Messe de toujours une fois par mois. Cette mission se trouve à 2h30 de voiture de Moncton.
  • La Mission Marie-Reine-des-Martyrs à Antigonish, Nouvelle-Écosse, desservie à chaque trois mois. Antigonish est à 2h45 de voiture de Moncton. La messe a lieu dans la maison privée d’un fidèle et réunit pour l’instant seulement quelques catholiques déterminés à garder la vraie Foi.
  • La Mission de North Sydney, en Nouvelle-Écosse, desservie deux fois par année depuis décembre 2013. Cette mission se trouve à 4h45 de voiture de Moncton
  • La Mission de l’Ile de Terre-Neuve, qui est desservie à chaque deux ou trois mois. Nous nous réunissons dans la très belle chapelle d’un salon funéraire. Une bonne douzaine de fidèles sont présents aux messes. Pour se rendre sur l’Ile de Terre-Neuve, il faut prendre l’avion depuis Halifax.
sans-titre

Cape Spear, Le point le plus à l’Est de l’Amérique du Nord

 

Ainsi, les Provinces Maritimes du Canada sont desservies de façon régulière. Ces messes sont presque les seules messes traditionnelles qui sont dites dans ces provinces.

 

  • Missions du Québec :

Les missions du Québec sont desservies depuis plusieurs années déjà deux fois par année par l’abbé Nicolas Pinaud. Depuis juin 2016, l’abbé Pierre Roy vient visiter les fidèles du Québec de façon mensuelle quand il n’est pas remplacé par l’abbé Pinaud. Les fidèles du Québec sont nombreux à être très opposés au ralliement de la Fraternité à la Rome moderniste, malgré le travail incessant de plusieurs prêtres de la Fraternité dans cette province pour convaincre les fidèles que ce que fait Menzingen est acceptable et même désirable.

Ces nombreux fidèles aimeraient avoir un prêtre pour s’occuper d’eux en permanence. En attendant, ils se réunissent une fois par mois à Drummondville, au centre du Québec, pour assister à la messe. Certains d’entre eux font ainsi près de deux heures de route pour venir rencontrer les prêtres qui les visitent. La mission Saint-Jean-Baptiste de Drummondville compte facilement soixante-dix ou quatre-vingt fidèles. Mais nombreux sont les fidèles qui ne peuvent pas se déplacer et qui viendraient se joindre à ce groupe si un prêtre pouvait les visiter de façon plus régulière.

D’autres messes ont lieu à Saint-Charles-de-Bellechasse près de Lévis dans un garage aménagé de façon convenable pour recevoir le Saint Sacrifice. Crise de l’Église oblige…

sans-titre

Adoration du Très Saint Sacrement officiée par Monsieur l’abbé Nicolas Pinaud

 

À Montréal et à Ottawa aussi des fidèles attendent les secours d’un prêtre qui habiterait près de chez eux. En attendant, des messes sont aussi organisées là où c’est possible.

Les missions du Québec sont donc encore en développement. L’attitude très ambiguë et patiente de Menzingen pour user les forces de ceux qui s’opposent à l’accord illégitime avec une Rome plus corrompue que jamais n’aura pas raison, semble-t-il, de ces catholiques déterminés. Deo Gratias!

 

Pour terminer, voici un croquis montrant les endroits dans l’est du Canada où des messes se disent de façon régulière :

img_0085

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s